Transgenre, transsexuel, travesti...pour en finir avec les préjugés

16/05/14 à 15:21 - Mise à jour à 15:21

Source: Le Vif

Si, pour la plupart d'entre nous, le terme "transgenre" évoque spontanément l'image d'hommes ou de femmes ayant subi une opération de changement de sexe, il recouvre en réalité un groupe de personnes beaucoup plus diversifié. Il est temps de tordre le cou aux malentendus et aux préjugés.

Transgenre, transsexuel, travesti...pour en finir avec les préjugés

Transgenre, transsexuel, travesti... lorsqu'on n'est pas étroitement familiarisé avec la question, on a vite fait de s'y perdre ou de s'emmêler les pinceaux entre ces différentes notions ! Ces trois termes recouvrent pourtant bien des réalités distinctes, souligne Katrien Van Leirberghe, rattachée à la coupole flamande des personnes homosexuelles, bisexuelles et transgenres çavaria : "On utilise le terme de 'transgenre' pour désigner une personne dont l'identité de genre (son vécu personnel de sa masculinité ou féminité) ne rejoint pas son sexe de naissance. Il peut s'agir d'individus dont les choix vestimentaires sont en contradiction avec les attentes de la société, qui se sentent tantôt hommes, tantôt femmes, qui se perçoivent comme un homme dans un corps de femme ou inversement... Il s'agit donc d'un terme global, qui recouvre trois grandes catégories : les travestis, les transgendéristes et les transsexuels."

Né dans le mauvais corps

Ces individus ne souhaitent pas tous, loin s'en faut, changer de sexe ou mettre leur apparence en concordance avec leur vécu de leur identité de façon permanente. Les travestis portent par exemple des vêtements culturellement associés à l'autre sexe de façon sporadique ou régulière, tandis que les transgendéristes combinent des caractéristiques identitaires masculines et féminines. Seuls les transsexuels sont souvent tiraillés entre leur sexe biologique et leur identité de genre au point de vouloir se soumettre à une intervention chirurgicale qui leur permettra de modifier le premier pour l'aligner sur leur ressenti. On dit quelquefois de ces personnes qu'elles sont "nées dans le mauvais corps".

Un autre malentendu fréquent est qu'une personne qui se sent appartenir à l'autre sexe et/ou se comporte en conséquence serait forcément homosexuelle. "On confond encore souvent transgenres et holebis. De nombreuses personnes s'imaginent par exemple que tous les travestis sont homos ou qu'un transsexuel est forcément hétéro, alors que ce n'est en réalité pas si simple, poursuit Katrien Van Leirberghe. Je n'irais toutefois pas jusqu'à affirmer qu'il n'y a aucun rapport, car de nombreuses personnes se supposent homosexuel(le)s avant de finalement s'identifier comme transgenres. On remarque aussi qu'il y a beaucoup plus de transsexuelles (personnes nées hommes mais devenues femmes) lesbiennes que de transsexuels (nés femmes) gays : 26 % des transsexuelles aiment les femmes, tandis que 5 % seulement des transsexuels sont attirés par les hommes. On trouve donc parmi les transgenres aussi bien des hétérosexuels que des homosexuels ou des bisexuels, comme dans la population générale."

Égalité des chances

La population transgenre dans notre pays est difficile à chiffrer, car ces personnes sont loin de se faire toutes opérer et de solliciter le changement de sexe juridique qui permettrait de les enregistrer. D'après les chiffres du registre national, 676 Belges ont officiellement changé de sexe entre 1993 et 2013 (69 % nés hommes et devenus femmes, 31 % nés femmes et devenus hommes). D'après le centre d'études des genres de l'université de Gand, ce n'est toutefois que la partie visible de l'iceberg : en réalité, l'identité de genre s'écarterait peu ou prou du sexe de naissance chez un homme sur 1000 à 2000 et une femme sur 2000 à 4000. Une minorité seulement (1/12.900 hommes et 1/33.800 femmes) fera appel à la chirurgie pour changer complètement de sexe. Les autres se borneront à un parcours médical plus limité voire inexistant et resteront donc invisibles dans les statistiques.

Comment expliquer l'énorme décalage entre le nombre d'hommes et de femmes qui changent de sexe ? "Il existe une hypothèse biologique selon laquelle certains processus initiés in utero prédisposeraient davantage les hommes. D'autres théories avancent que les femmes occidentales rencontrent moins d'obstacles que les hommes à l'expression de leur identité de genre (contrairement à un homme en jupe, une femme en pantalon n'interpelle plus personne). De ce fait, les personnes nées hommes qui s'interrogent sur leur identité de genre pourraient plus rapidement s'identifier comme transgenres, puisqu'elles ne correspondent pas aux critères relativement étroits de la masculinité."

Maman, je veux être un garçon

La remise en question du sexe biologique peut se faire très tôt dans l'enfance. "De nombreux enfants traversent une période de découverte du genre où ils déclarent à leurs parents qu'ils préféreraient appartenir à l'autre sexe. Si ce questionnement devient problématique, il est toujours possible de consulter une équipe spécialisée. Les trois quarts de ces enfants s'avéreront finalement homosexuels plutôt que transgenres. Lorsqu'il existe un réel problème de dysphorie de genre et qu'une transition semble pouvoir s'avérer bénéfique, il est envisageable, moyennant l'accord des parents, d'initier un traitement pour bloquer le développement pubertaire."

Une intervention de changement de sexe (transition) n'est légalement autorisée qu'après l'âge de 18 ans dans notre pays. Elle peut reposer sur un traitement hormonal (dès 16 ans) et/ou chirurgical, mais devra toujours être précédée d'une période où la personne adopte le genre souhaité dans la vie de tous les jours. Le changement se passe-t-il toujours sans encombre ? "Ce 'grand moment' suscite chez certains transsexuels des attentes tellement importantes que la médecine ne sera jamais en mesure de les combler. Il peut donc arriver que le patient soit déçu du résultat ou qu'il y ait des complications. Bien souvent, ces personnes accordent toutefois beaucoup plus d'importance à d'autres caractéristiques extérieures (pilosité faciale, voix...) qu'au changement de sexe proprement dit."

La majorité des patients transgenres belges sont traités à l'UZ Gent. En 2013, l'hôpital a pris en charge pas moins de 113 personnes, alors que la moyenne pour les années précédentes était de 77. Autant dire que l'attente est parfois longue avant de pouvoir bénéficier d'une opération (jusqu'à deux ans) ou même d'un premier rendez-vous chez un psychologue (jusqu'à 4 mois)...

Caroline De Ruyck

Le cadre légal

En Belgique, la loi sur la transsexualité permet aux patients qui changent de sexe de faire modifier leur nom et la mention m/f sur leurs documents officiels - moyennant certaines conditions. La personne devra notamment présenter une attestation du psychiatre et de l'endocrinologue certifiant qu'elle "a la conviction intime, constante et irréversible d'appartenir au sexe opposé". En outre, son corps devra avoir été "adapté à ce sexe opposé dans toute la mesure de ce qui est possible et justifié du point de vue médical" et elle ne pourra plus être en mesure "de concevoir des enfants conformément à son sexe précédent". Çavaria voit dans ce dernier critère - qui constitue ni plus ni moins qu'une exigence d'infertilité - une véritable atteinte aux droits de l'homme qui devrait absolument être rectifiée.

Le Parlement Européen abonde dans son sens : le 4 février dernier, il a adopté une résolution pour qu'une feuille de route soit adoptée, afin de protéger les droits fondamentaux des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI). Il mentionne que les États membres devraient "instaurer des procédures de reconnaissance juridique du genre ou réviser celles déjà en place, en vue de respecter pleinement le droit des personnes transgenres à la dignité et à l'intégrité physique", notamment pour empêcher leur stérilisation et arrêter enfin de les considérer comme des personnes souffrant de troubles mentaux.

Un nouveau site web dédié aux personnes transgenres

Le site internet de l'association flamande "Transgender Infopunt" connaît désormais une déclinaison francophone : www.infotransgenre.be

Cette nouvelle plate-forme contient des informations destinées à aider les personnes transgenres et leur entourage, notamment au niveau administratif.

Nos partenaires