La santé mentale déterminée par la flore intestinale?

14/01/15 à 12:22 - Mise à jour à 24/05/16 à 16:44

Source: Huffington Post

Alors que les scientifiques s'intéressent de plus en plus au rapport entre le cerveau humain et les bactéries de l'intestin, l'université d'Oxford démontre dans une étude parue dans le magazine Psychopharmacology et relayée par The Huffington Post que les prébiotiques peuvent calmer l'anxiété en influençant la façon dont l'humain gère ses émotions.

La santé mentale déterminée par la flore intestinale?

© iStock

Contrairement aux probiotiques composés de souches de bactéries bénéfiques, les prébiotiques sont des fibres alimentaires qui stimulent les bactéries bénéfiques de l'intestin. Interrogé par The Huffington Post, le docteur Philip Burnet explique le fonctionnement de ces fibres. "La prise de prébiotiques augmente le nombre de toutes les espèces de bactéries qui vivent dans les intestins, ce qui est meilleur pour la santé que d'introduire une seule espèce".

Pour leur étude, les scientifiques ont demandé à 45 adultes en bonne santé âgés entre 18 et 45 ans de prendre soit des prébiotiques, soit un placebo pendant trois semaines. Après ce délai, les chercheurs ont analysé leurs réactions vis-à-vis de mots à connotation négative et positive.

Les résultats ont démontré que les personnes qui avaient pris des prébiotiques étaient moins attentives aux informations négatives et davantage tournées vers les éléments positifs que le groupe qui avait reçu un placebo. L'effet des prébiotiques s'est révélé similaire à celui obtenu grâce aux antidépresseurs et aux anxiolytiques.

En outre, les scientifiques ont découvert que les participants qui avaient pris des prébiotiques présentaient un taux moins élevé de cortisol dans leur salive.

"Très souvent, nous avons des patients qui nous disent qu'ils ne s'étaient jamais sentis dépressifs ou anxieux jusqu'à ce qu'ils se mettent à éprouver des problèmes de flore intestinale. Notre étude montre que le rapport entre les intestins et le cerveau se produit dans les deux sens" explique Kirsten Tillish, l'auteure principale de l'étude.

Malgré ces résultats prometteurs, Philip Burnet ne pense pas que les maladies mentales seront guéries en ciblant les intestins. "Je pense que les pré- et probiotiques seront uniquement utilisés comme "ajouts" aux traitements conventionnels, et jamais comme monothérapies" explique Burnet au Huffington Post .

Nos partenaires