home, sweet home

03/01/18 à 21:00 - Mise à jour à 13:07
Du Le Vif/L'Express du 04/01/18

A travers les trente-deux pays qualifiés pour la Coupe du monde 2018, Le Vif/L'Express montre combien le sport roi et la politique sont intimement liés. Huitième volet : comment l'Angleterre symbolise le football global, mais rêve aujourd'hui de retrouver son identité à l'heure du Brexit.

Les Diables Rouges se souviendront à jamais de ce camouflet anglais. Le 26 juin 1990, lors du huitième de finale du Mondial italien, à Bologne, la bande à Scifo et Preud'homme domine largement le match, mais ne parvient pas à concrétiser : deux tirs belges sont arrêtés par les poteaux. En toute fin de prolongation, surgi de nulle part, le désormais célèbre David Plat assassine la Belgique d'une volée retournée. Ce cauchemar, les supporters belges le ressasseront à l'envi, le 28 juin prochain à Kaliningrad, quand notre équipe nationale recroisera le chemin de l'Angleterre. L'heure de la revanche, vingt-huit ans après. Et alors que nos joueurs évoluent presque tous en Angleterre... Mais ces retrouvailles décisives, lors de la prochaine Coupe du monde, en Russie, racontent aussi une tout autre histoire.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires