La justice allemande autorise le président à traiter de "fous" les néo-nazis

10/06/14 à 17:22 - Mise à jour à 17:22

Source: Le Vif

(Belga) Le président allemand Joachim Gauck n'a pas outrepassé ses droits en traitant de "fous" des manifestants du parti néo-nazi NPD en août 2013, a estimé la Cour constitutionnelle allemande mardi.

"Le président peut décider lui-même comment il entend remplir ses missions de représentation", a estimé la Cour dans un communiqué publié mardi pour expliquer sa décision. "Des déclarations isolées du président ne peuvent être contestées en justice que si elles démontrent qu'il néglige sa mission de rassemblement (du pays) et attaque de façon arbitraire un parti. Ce n'était pas le cas ici", a ajouté la Cour. En août 2013, le président allemand Joachim Gauck avait déclaré devant plusieurs centaines d'élèves à propos de manifestants d'extrême droite devant un foyer de demandeurs d'asile à Berlin: "nous avons besoin de citoyens qui vont dans la rue pour mettre des limites à ces fous". Cette déclaration, faite par un président dont la fonction est essentiellement honorifique en Allemagne mais qui bénéficie d'une grande autorité morale, avait hérissé le parti d'extrême droite, NPD, qui avait porté plainte devant la Cour constitutionnelle de Karlsruhe. Auparavant, M. Gauck avait explicitement condamné les contre-manifestations violentes contre le NPD en "indiquant que le seul fait d'arracher des affiches n'était pas acceptable", a souligné la Cour dans son jugement. Le président "n'a fait que rappeler l'importance de la liberté d'opinion et de réunion, et appelé à une lutte entre opinions politiques. Ce qu'il a le droit de faire", a-t-elle poursuivi. Joachim Gauck s'est dit "reconnaissant" que la Cour ait ainsi "clarifié" la situation, selon des propos du secrétaire d'Etat à la présidence fédérale, David Gill, cité par l'agence Dpa. Le NPD, qui vient d'obtenir un élu au Parlement européen après les élections du 25 mai, a en revanche qualifié cette décision de "grotesque", estimant qu'il y avait donc "manifestement pour Gauck des citoyens de première classe qui ne sont pas des fous et des citoyens de seconde classe qui peuvent être traités de fous avec l'assentiment de la Cour constitutionnelle". (Belga)

Nos partenaires