Rwanda: un rapport élucide l'énigme de l'attentat contre Habyarimana

11/01/12 à 09:32 - Mise à jour à 09:32

Source: Le Vif

L'avion du chef de l'Etat, abattu en 1994, a été visé par des missiles tirés d'un camp loyaliste hutu, affirme un rapport français qui disculpe ainsi le clan Kagame. Cet attentat est considéré comme un signal déclencheur du génocide.

Rwanda: un rapport élucide l'énigme de l'attentat contre Habyarimana

© Image Globe

Près de 18 ans après l'attentat, l'affaire de l'attentat contre le président Habyarimana semble prendre fin. Un rapport d'expertise français conclut ce mardi que l'avion du chef de l'Etat rwandais a été abattu en 1994 par des missiles tirés depuis le camp militaire de Kanombe, tenu par les loyalistes hutus. Et exonère ainsi les proches inculpés du président Paul Kagame qui dirigeait la rébellion tutsi.

Le soir du 6 avril 1994, un Falcon 50 transportant le président hutu rwandais Juvenal Habyarimana -et son homologue burundais Cyprien Ntaryamira- est abattu en phase d'atterrissage à Kigali par des missiles sol-air. Cet attentat est considéré comme le signal déclencheur du génocide, qui a fait au moins 800 000 morts, essentiellement de la minorité tutsi.

Le rapport d'expertise français de ce mardi confirme ainsi "l'hypothèse d'un départ de tirs de missiles depuis le camp de Kanombe", près de l'aéroport de Kigali.

Dans une première réaction, Kigali a estimé que le rapport "rend justice" à la position soutenue depuis longtemps par le Rwanda sur les circonstances entourant les évènements de 1994.

Un équipage français à bord de l'avion

"Nos clients qui ont injustement été accusés et poursuivis pendant des années se trouvent confortés dans leurs positions", a estimé Me Bernard Maingain, qui défend les sept inculpés, après la présentation de l'expertise. Il veut réclamer un non-lieu pour ses clients.

La présence d'un équipage français à bord a conduit à l'ouverture d'une enquête en France. L'enquête, conduite par le juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière, avait abouti au lancement en 2006 de neuf mandats d'arrêts contre des proches du président Kagame qui, en 1994, dirigeait la rébellion tutsi du Front patriotique rwandais (FPR).

Ces inculpations avaient entraîné la rupture des relations diplomatiques entre Kigali et Paris.

La détente n'avait commencé qu'après la mise en examen (ou inculpation) en 2008 d'une proche du président rwandais, puis de six autres en 2010, conduisant à la levée des mandats. Deux autres personnes -l'une en fuite et l'autre probablement décédée- restent sous le coup de mandats d'arrêt français.

Le changement de juge détend les relations Paris-Kigali

A l'inverse de la thèse Bruguière, un rapport d'enquête rwandais affirme que les tirs sont partis depuis le camp militaire de Kanombe, importante base des FAR (armée gouvernementale hutu à l'époque), jouxtant l'aéroport et la résidence présidentielle au sud-est, où il est "impossible d'imaginer", selon ce rapport, que le FPR ait pu s'infiltrer.

En avril 2010, alors que les relations entre Paris et Kigali se sont détendues, les juges Marc Trévidic et Nathalie Poux, qui ont succédé à Bruguière, désignent une équipe d'experts pour déterminer les lieux possibles des tirs ayant abattu l'avion présidentiel.

Vingt mois plus tard et après un déplacement au Rwanda en septembre 2010 pour essayer de reconstituer les conditions de l'attentat, c'est ce rapport d'expertise qui semble fragiliser un peu plus la thèse Bruguière, alors que plusieurs témoins à charge s'étaient déjà rétractés.

Des missiles de conception soviétique

L'avocat de la veuve du président Habyarimana, Me Philippe Meilhac, a toutefois estimé qu'il fallait rester prudent sur les conclusions à tirer de cette expertise.

"Il y a une forme de nouveauté par rapport au lieu de tir présumé des missiles qui ont abattu l'avion mais il y a aussi un grand nombre de confirmations", a affirmé l'avocat d'Agathe Habyarimana, exilée en France depuis une quinzaine d'années.

Selon lui, "il s'agissait de missiles de conception soviétique qui nécessitaient, ainsi que nous l'ont dit les experts, une formation technique très précise qui n'a jamais été assurée auprès d'aucun élément de l'armée rwandaise".

"Il est clair pour tous désormais que l'attentat contre l'avion était un coup d'Etat mené par des extrémistes hutu et leurs conseillers", a commenté dans un communiqué la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo.

"Avec cette vérité scientifique, les juges Trévidic et Poux ont fermé brutalement la porte à 17 ans de campagne de négation du génocide", a-t-elle estimé.

Levif.be avec L'Express.fr

Nos partenaires