L'histoire triste de la minute de silence

20/11/15 à 10:59 - Mise à jour à 10:59

Source: Knack

Ce lundi à midi, des millions d'Européens ont observé une minute de silence en hommage aux victimes des attentats de Paris. L'homme qui a eu cette idée est mort jeune et sans gloire.

L'histoire triste de la minute de silence

© Reuters

Certains prétendent que la minute de silence est née dans le zoo de La Haye. En 1915, le Jardin zoologique a accueilli le Congrès international de la Femme. Après un discours passionné, l'éminente pacifiste hongroise Rosika Schwimmer a crié : "Et maintenant, je demande une minute de silence pour les atrocités." Les participants se sont regardés avec étonnement avant d'accéder à sa demande. Schwimmer a utilisé la minute de silence comme une déclaration, pour protester. Pas comme un salut aux morts. Cette idée-là revient au journaliste australien Edward George Honey. En mai 1919 il a écrit une lettre au London Evening News pour que l'on observe cinq minutes de silence en hommage aux morts de la Première Guerre mondiale - l'homme était lui-même vétéran. Honey voyait grand : les rues, les théâtres et les églises devaient tous participer.

De cinq à deux

Cependant, pratiquement personne n'a lu sa lettre. Mais le politique sud-africain Percy FitzPatrick a proposé une idée similaire inspirée d'un ancien rituel du Cap : là les gens étaient toujours silencieux quand ils voyaient passer un cercueil de la Première Guerre mondiale. Comme Fitzpatrick avait les bons amis, l'idée est arrivée aux oreilles du roi George V du Royaume-Uni qui s'est immédiatement enthousiasmé. D'avis qu'il était un peu ambitieux de demander cinq minutes de silence, le souverain a décidé que l'on observerait deux minutes de silence le 11 novembre 1919.

Très vite, le reste du monde a plagié l'idée. Les dirigeants, de Churchill à Roosevelt, ont appris à leur peuple à se taire deux minutes. Ou une minute, car pour certains c'était déjà plus qu'assez. Honey, le père de la minute de silence, est mort en 1922 à 37 ans. Il est enterré au Northwood Cemetery à Londres où sa tombe a longtemps été négligée, mais la semaine dernière, quelques personnes l'ont fleurie de coquelicots.

Nos partenaires