Etats-Unis - WikiLeaks: Bradley Manning de retour devant la justice pour défendre ses motivations

08/01/13 à 16:55 - Mise à jour à 16:55

Source: Le Vif

(Belga) Le soldat Bradley Manning, accusé d'être la "taupe" du site WikiLeaks, était de retour mardi devant une cour martiale, où son avocat devait défendre la nécessité d'exposer les raisons pour lesquelles il a transmis des dizaines de milliers de documents secrets.

Lors de cette nouvelle audience préliminaire sur la base militaire de Fort Meade (Maryland, est), les procureurs militaires doivent demander à la juge Denise Lind d'exclure du débat les motivations de Manning dans l'organisation de cette fuite, qualifiée d'une des plus importantes de l'histoire américaine. Si elles sont prises en considération, ces motivations pourraient influer sur la peine qui sera prononcée à l'issue de son procès en cour martiale, prévu pour démarrer le 6 mars. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité pour "collusion avec l'ennemi", le plus grave de 22 chefs d'accusation. Si la juge militaire donne raison au gouvernement, "cela enlèvera l'argument soulevé de longue date par (...) Manning: qu'il a transmis ces documents pour dénoncer des crimes et des abus et pour mieux informer le public américain", souligne son réseau de soutien dans un communiqué. Le gouvernement estime, dans son recours devant la juge, que cet argument n'est pas valable alors que Manning, qui savait que ces documents seraient accessibles à l'organisation terroriste Al-Qaïda, est poursuivi pour avoir aidé "l'ennemi". Les quatre jours d'audience doivent aussi être consacrés au caractère secret des documents transmis par Manning, la défense affirmant que ceux-ci étaient "sur-classifiés". Le soldat Manning, 24 ans, est accusé d'avoir transmis à WikiLeaks, entre novembre 2009 et mai 2010, alors qu'il était analyste du renseignement en Irak, des documents militaires américains sur les guerres en Irak et en Afghanistan, et 260.000 dépêches du département d'Etat, déclenchant une tempête dans la diplomatie mondiale. (JIM WATSON)

Nos partenaires