Embargo russe sur les produits agroalimentaires - "Les Russes paieront le prix des mesures qu'ils ont décidées"

07/08/14 à 18:54 - Mise à jour à 18:54

Source: Le Vif

(Belga) Le commissaire européen au Commerce Karel De Gucht estime que l'embargo décrété par les Russes sur les produits agroalimentaires européens sera "difficile" pour l'agriculture européenne. Le Fonds européen de solidarité pourrait cependant adoucir cet impact. Dans tous les cas, la Russie elle-même "paiera le prix des mesures" qu'elle prend, a-t-il mis en garde jeudi sur Radio 1 (VRT).

"Cela fera mal, en effet", a reconnu Karel De Gucht. "Quand on prend des sanctions, comme tout le monde l'a d'ailleurs demandé, il faut toujours s'attendre à une réplique, ce qui est le cas maintenant." Il sera néanmoins difficile pour la Russie de maintenir ses sanctions, estime le commissaire européen. Le montant des importations russes prouve selon lui que "la Russie ne peut toujours pas, 20 ans après l'Union soviétique, subvenir à ses besoins". La Commission européenne veut en tout cas essayer "d'adoucir autant que possible la pilule" pour les secteurs européens concernés. Karel De Gucht rappelle ainsi le fonds spécial prévu pour les situations où les produits agricoles ne peuvent plus être livrés pour raisons politiques. "Il s'agit de 400 millions d'euros", indique-t-il, en renvoyant vers son collègue de l'Agriculture, le Roumain Dacian Ciolos. "Il a déjà confirmé que le fonds existe et qu'il peut être sollicité." Karel De Gucht n'a pas voulu se prononcer sur d'autres sanctions russes potentielles. Il a seulement indiqué que Moscou perçoit actuellement 300 millions d'euros par an pour autoriser le survol de la Sibérie. L'argent est consacré à subsidier la compagnie aérienne Aeroflot. Si la Russie imposait une interdiction de survol, cette source de revenus se tarirait. (Belga)

Nos partenaires