Brussels Airport estime que les propositions Fonck ne sont "pas réalistes"

22/08/14 à 18:50 - Mise à jour à 18:50

Source: Le Vif

(Belga) Brussels Airport, le gestionnaire de l'aéroport de Zaventem, constate vendredi dans un communiqué que les propositions pour lutter contre les nuisances sonores des avions formulées par la secrétaire d'Etat à la Mobilité Catherine Fonck "ne sont pas réalistes". Il appelle au dialogue avec le monde politique en insistance sur la nécessité de préserver l'activité économique de l'aéroport.

Brussels Airport estime que les propositions Fonck ne sont "pas réalistes"

Mme Fonck formule trois propositions pour répondre à l'ordonnance du tribunal de première instance de Bruxelles dont deux affecteraient la capacité aéroportuaire, une conséquence que la secrétaire d'Etat relativise toutefois en soulignant qu'elle n'est pas utilisée à plein (maximum 60 unités en période de pic). Brussels Airport conteste cette analyse. "Le nombre de mouvements en heure de pointe dépasse largement le chiffre de 60 mouvements avancés par la secrétaire d'Etat et avoisine régulièrement les 70 mouvements par heure", assure l'aéroport. "La proposition de réduire la capacité de l'aéroport de 20 à 50% est inacceptable compte tenu de l'importance de l'aéroport au niveau de l'emploi et au niveau du développement économique de notre pays", estime l'entreprise. Celle-ci rappelle que l'aéroport emploie actuellement 20.000 personnes (dont 5.400 francophones) et a le potentiel de créer 10.000 nouveaux emplois dans les 10 prochaines années. "L'aéroport est un pôle de croissance économique considérable pour la Belgique avec 3,2 milliards d'euros de valeur ajoutée par an", souligne-t-elle. De son côté, l'administration avait proposé d'en revenir au "virage gauche" précédant le plan Wathelet et survolant l'est de Bruxelles et sa périphérie. Mme Fonck a jugé que ce scénario était "non applicable" en raison d'une décision de justice précédente, de l'évolution de la législation et du respect du délai imposé en juillet par le tribunal. Mais Brussels Airport estime de son côté que "les experts de Belgocontrol et de la DGTA ont quant à eux proposé des solutions réalistes qui tiennent compte des impacts sur les riverains tout en maintenant la capacité de l'aéroport et donc les emplois qui en découlent". Brussels Airport Company en appelle à la poursuite du dialogue entre les spécialistes du secteur aéroportuaire et le monde politique. (Belga)

Nos partenaires