Rudi Vervoort reconnaît qu'il a commis une faute

29/01/15 à 20:50 - Mise à jour à 20:50

Source: Belga

Le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, a reconnu jeudi qu'il avait "commis une faute" en mettant en parallèle la déchéance de nationalité qu'envisage le gouvernement fédéral à propos de ressortissants belges qui sont partis combattre en Irak ou en Syrie et la mesure qu'avait instaurée le régime de Vichy à l'encontre des Juifs.

Rudi Vervoort reconnaît qu'il a commis une faute

Rudi Vervoort. © Belga

"Bien entendu, je ne compare pas un djihadiste et un Juif innocent", a-t-il déclaré sur le plateau de la RTBF. Le mandataire socialiste a dit ne pas vouloir "esquiver" ses responsabilités. "Non, il faut faire sa propre autocritique et dire: j'ai commis une erreur", a-t-il ajouté. Le ministre-président bruxellois n'a pas pensé à démissionner même si la journée qu'il a vécue mercredi "a été d'une intensité rare". Il a affirmé aussi ne pas s'être senti seul.

"C'est un moment où on consulte, on discute". Sur le fond, M. Vervoort conserve toutefois son appréhension à l'égard du retrait de nationalité qui viserait les Belges à la double nationalité, alors qu'ils sont nés Belges. "Quand une démocratie vit une période difficile, elle doit lutter avec ses armes et pas avec des mesures d'exception", a-t-il fait remarquer.

En savoir plus sur:

Nos partenaires