Procès De Gelder: une affection cérébrale le rendrait irresponsable de ses actes

15/03/13 à 18:23 - Mise à jour à 18:23

Source: Le Vif

Kim De Gelder souffre d'un problème au cerveau qui affecte ses perceptions sensorielles au niveau de la vue et de l'ouïe. Cette affection le rend irresponsable de ses actes, ont affirmé vendredi après-midi deux contre-experts mandatés par la défense devant la cour d'assises de Flandre orientale.

Procès De Gelder: une affection cérébrale le rendrait irresponsable de ses actes

© Image Globe

"Il s'agit d'un trouble biochimique au cerveau. Quel que soit le nom qu'on lui donne, c'est purement biochimique", a déclaré le docteur Karel Ringoet, photos de coupe longitudinale de cerveaux à l'appui. "Nous avons essayé d'examiner Kim De Gelder en faisant abstraction des faits qui lui sont reprochés, pour être le plus objectif possible", ont souligné les psychiatres.

Les deux experts ont étudié la littérature sur des faits criminels similaires. "Dans 95% des cas, ces faits sont commis par des personnes malades", a commenté le docteur Ringoet.

"Il a commis des faits incompréhensibles. On ne peut y accoler aucune motivation rationnelle, de la part d'une personne avec une capacité de pensée plus ou moins normale. La seule motivation, c'est la maladie", a renchéri le docteur Geert Bruecker.

Selon eux, Kim De Gelder est incapable de faire la distinction entre le bien et le mal. "Il y a deux semaines, il nous a encore dit qu'il ne comprenait pas en quoi assassiner quelqu'un serait mal."

Au président Koen Defoort qui les interrogeait sur les voix que Kim De Gelder a prétendu entendre avant de dire qu'il mentait, les deux spécialistes ont dit qu'ils croyaient que l'accusé en avait entendu. "Il a dit qu'il entendait la grosse voix de l'avocat Vermassen - désolé, Maître Vermassen! -, celle de Guy Verhofstadt ou celle d'un condamné à mort canadien. Vous croyez que c'est de la manipulation? Il sait que nous sommes peut-être sa dernière planche de salut pour qu'il soit reconnu malade", a répondu Karel Ringoet.

Durant l'intervention des deux psychiatres, Kim De Gelder s'est régulièrement balancé d'avant en arrière.

Nos partenaires