Linkebeek : les élus flamands se remettent entre les mains de l'administration

26/10/15 à 22:26 - Mise à jour à 27/10/15 à 10:29

Source: Belga

Les deux élus flamands de Linkebeek, qui siègent au sein du groupe ProLink, examineront dans les prochains jours quelle attitude prendre après la démission des treize conseillers communaux francophones.

Linkebeek : les élus flamands se remettent entre les mains de l'administration

Eric De Bruycker © Belga

Les élus flamands n'entendent en tout cas pas imiter leurs collègues francophones. Ils attendent également de l'administration flamande qu'elle leur précise ce qu'il est possible de faire. Ils estiment cependant que de nouvelles élections ne résoudraient rien.

"Nous n'allons pas participer au petit jeu de Damien Thiéry", a commenté mardi sur la VRT le bourgmestre Erik De Bruycker après la démission de l'ex-bourgmestre non nommé et de ses douze collègues. L'éu flamand n'entend pas permettre à Damien Thiéry de légitimer, une nouvelle fois, par la voie des urnes ses ambitions maïorales. Pour Prolink, la balle est dans le camp de l'administration flamande. Les échevins sortants restent en place jusqu'à la désignation de leurs successeurs. Erik De Bruycker lui-même continuera à exercer sa fonction de bourgmestre jusqu'à ce que vienne une nouvelle proposition, a-t-il dit. Damien Thiéry se voit refuser le titre de bourgmestre pour n'avoir pas respecté la législation linguistique lors de la convocation de l'électeur.

Réactions politiques

Le MR continuera à apporter son soutien à Damien Thiéry dans ses démarches, a affirmé lundi en fin de soirée, le président du Mouvement Réformateur, Olivier Chastel. Pour celui-ci, "il importe que le vote exprimé par les citoyens linkebeekois soit respecté".

"En prenant collectivement la décision de démissionner, les élus linkebeekois de la liste de Damien Thiéry manifestent clairement leur indignation. Force est de constater qu'au cours des dernières semaines, Eric De Bruycker n'a pas assumé ses fonctions de bourgmestre avec toute la compétence requise. Les conseillers communaux de la majorité lui ont donc demandé d'en tirer les conclusions et de démissionner comme il s'y était engagé. Celui-ci n'a pas respecté cet engagement", a commenté le président du MR disant prendre acte de la décision des conseillers francophones de Linkebeek.

"Pour le Mouvement Réformateur, Damien Thiéry reste le seul bourgmestre légitime de Linkebeek. Le MR continuera à lui apporter son soutien dans ses démarches. Il importe que le vote exprimé par les citoyens linkebeekois soit respecté", a ajouté Olivier Chastel, dans un communiqué.

Tandis que le ministre-président flamand Geert Bourgeois n'hésite pas à qualifier cette démission de " mascarade (qui) n'apporte aucune solution".

M. Bourgeois, qui participe actuellement à une mission économique princière au Canada, ne comprend pas les membres de la majorité qui décident de démissionner pour ensuite se représenter lors "d'élections coûteuses et inutiles".

En effet, cette nouvelle étape du carrousel implique un retour aux urnes dans un délai de 50 jours, a annoncé le président du conseil communal Damien Thiéry (MR), ex-bourgmestre non-nommé.

Le gouvernement flamand avait nommé M. De Bruycker bourgmestre, plutôt que le candidat de la majorité Damien Thiéry qui se voit reprocher de ne pas avoir appliqué la législation linguistique lors de la convocation de l'électeur.

>>>Lire aussi: Liesbeth Homans nomme Erick De Bruycker bourgmestre de Linkebeek, et créé la polémique

En savoir plus sur:

Nos partenaires