Le point sur l'arrestation de Salah Abdeslam

19/03/16 à 08:42 - Mise à jour à 13:57

Source: Afp

La police belge a procédé vendredi à l'arrestation de cinq personnes à Bruxelles, dont Salah Abdeslam, un suspect-clé des attentats de Paris. Comment a-t-il pu être arrêté ? Qui sont les autres personnes arrêtées en sa compagnie? Sera-t-il extradé vers la France ? Le point sur la situation.

Le point sur l'arrestation de Salah Abdeslam

© BELGA

Cinq personnes arrêtées vendredi

Au cours de trois perquisitions vendredi après-midi, "Salah (Abdeslam) a été intercepté (...) Le soi-disant Mounir Ahmed Alaaj, alias Amine Choukri, a été appréhendé (...)", a détaillé un porte-parole du parquet fédéral, Thierry Werts. "Trois autres personnes ont été privées de liberté: les nommés Abid A., Sihane A. et Djemila M., tous membres de la famille qui hébergeait Salah", a ajouté M. Werts lors d'une conférence de presse en milieu de soirée.

A propos de Salah Abdeslam, M. Werts a précisé qu'il avait "été légèrement blessé à une jambe et emmené à l'hôpital pour être soigné". Le "soi-disant Mounir Ahmed Alaaj, alias Amine Choukri" a lui aussi été "légèrement blessé" et "emmené à l'hôpital pour être soigné", a continué le porte-parole du parquet.

Les deux hommes ont quitté sur le coup de 08h00 ce samedi matin l'hôpital Saint-Pierre, à Bruxelles, où ils étaient soignés, a indiqué un porte-parole de l'hôpital, confirmant un tweet d'Yvan Mayeur, le bourgmestre de la ville. Ils ont vraisemblablement été transférés dans les bâtiments de la police judiciaire fédérale, où ils seront interrogés par les enquêteurs. Ils devront ensuite comparaître devant un juge d'instruction, au plus tard demain/dimanche après-midi.

Les trois autres personnes arrêtées, qui ont hébergé Salah Abdeslam, "seront aussi entendues par les enquêteurs et le juge décidera de leur maintien éventuel en détention", a-t-il ajouté.

Amine Choukri et Abid Aberkan placés sous mandat d'arrêt

Amine Choukri a été placé samedi sous mandat d'arrêt par un juge d'instruction, a appris Belga de bonnes sources. L'homme était connu de la justice après avoir été contrôlé, aux côtés de Salah Abdeslam, le 3 octobre 2015 sur un parking autoroutier près de Ulm, en Allemagne. Ses empreintes avaient été relevées, ce qui a permis aux enquêteurs de l'identifier formellement vendredi. Ses empreintes avaient également été retrouvées dans la maison d'Auvelais qui avait servi de cache aux terroristes. Parallèlement, un faux passeport syrien au nom de Monir Ahmed Alaaj ainsi qu'une fausse carte d'identité belge au nom d'Amine Choukri ont été découverts dans la maison perquisitionnée mardi à Forest. Ces deux identités seraient fausses et les empreintes de l'homme ne seraient répertoriées dans aucune banque de données au monde. Les enquêteurs ignorent donc qui est réellement cet individu et son rôle exact dans les attentats de Paris.

Par ailleurs, selon Le Soir, Abid Aberkan, l'ami de Salah Abdeslam qui lui avait trouvé la planque de la rue des Quatre-Vents, a lui aussi été placé sous mandat d'arrêt tandis que sa mère, qui occupait le logement où se cachait l'individu le plus recherché d'Europe, a été libérée sous conditions.

Perquisition-clé à Forest mardi

Mardi après-midi, une équipe de six enquêteurs franco-belges s'était présentée pour une perquisition de routine devant cet appartement de Forest et avait été accueillie par des tirs à l'arme automatique.

L'un des trois hommes à l'intérieur de l'appartement, Mohamed Belkaïd, un Algérien de 35 ans, a été tué par un tireur d'élite de la police. A côté de son cadavre ont été découverts "une kalachnikov, ainsi qu'un livre sur le salafisme", un drapeau de l'organisation Etat islamique, "11 chargeurs de kalachnikov et de très nombreuses munitions". Deux hommes avaient réussi à prendre la fuite.

Vendredi, un média a révélé que des empreintes de Salah Abdeslam avait également été retrouvées dans l'appartement de Forest. Ces révélations ont précipité l'intervention policière à Molenbeek, selon le parquet.

Traque d'Abdeslam : d'une perquisition de routine à l'arrestation

Mardi 15 mars : perquisition à Forest

Une fusillade éclate vers 15H00 rue du Dries à Forest (Bruxelles) lors d'une perquisition dans le cadre du dossier des attentats du 13 novembre à Paris. Le suspect clé des pires attentats commis en France, Salah Abdeslam, en fuite, n'est pas visé par cette opération policière belgo-française, mais plutôt l'entourage de personnes inculpées en Belgique en lien avec les attaques, selon une source policière française. Les policiers sont surpris d'être accueillis par des tirs de kalachnikov. Un assaut est mené contre la maison où un ou plusieurs suspects sont retranchés. Un d'eux est tué par un tireur d'élite. Trois policiers belges et une policière française sont blessés. Deux autres personnes, non identifiées réussissent à prendre la fuite. Le suspect tué "n'est pas Salah Abdeslam" précise alors le parquet fédéral belge.

Mercredi 16 mars : suite des opérations

Les opérations de police "se poursuivent" avec une "mobilisation maximale des policiers et des magistrats", déclare le Premier ministre belge Charles Michel. Il appelle "la population à rester calme".

Jeudi 17 mars : identification de Mohamed Belkaïd

Le suspect tué pendant l'assaut est un Algérien de 35 ans, Mohamed Belkaïd, en séjour illégal en Belgique, inconnu de l'antiterrorisme belge (source policière belge).

Vendredi 18 mars : empreintes et arrestation de Salah Abdeslam

Mohamed Belkaïd "serait plus que vraisemblablement" l'homme qui a apporté un soutien logistique aux commandos des attentats du 13 novembre à Paris sous la fausse identité de Samir Bouzid, (parquet fédéral belge). Il faisait l'objet d'un avis de recherche depuis le 4 décembre.

Des empreintes de Salah Abdeslam sont retrouvées dans l'appartement de Forest perquisitionné mardi (parquet fédéral belge).

Dans l'après-midi, une importante opération policière est menée dans la commune bruxelloise de Molenbeek. Lors d'un assaut donné contre une maison de deux étages, rue des Quatre Vents à Molenbeek, un homme est blessé et un autre interpellé, indiquent des sources policières. Des vérifications sont alors menées pour savoir si Salah Abdeslam est l'un d'eux, et le confirment. Le suspect-clé des attentats de Paris en novembre, blessé à la jambe, est arrêté.

Extradé vers la France ?

Le président français François Hollande s'attend à ce que la Belgique extrade "le plus rapidement possible" vers la France Salah Abdeslam. "Salah Abdeslam était sous le coup d'un mandat d'arrêt européen. Je ne doute pas que les autorités judiciaires françaises vont adresser très vite une demande d'extradition" et "que les autorités belges y répondront le plus favorablement possible, le plus rapidement possible", a déclaré le Président français lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre belge Charles Michel.

Côté belge, cette extradition ne semble pas faire de doute: "C'est normal (...) que Salah soit extradé et que la justice française traite le cas", a déclaré le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon, interrogé sur RTL-TVI. Il a souligné que les faits les plus graves qui lui étaient reprochés avaient été commis en France.

"Nous ferons en sorte de répondre à cette demande le plus favorablement possible en vertu des accords internationaux", a assuré le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders en évoquant une arrivée d'Abdeslam à Paris "dans les semaines à venir".

(Belga/AFP)

En savoir plus sur:

Nos partenaires