L'homme interpellé à Meiser inculpé pour participation aux activités d'un groupe terroriste

27/03/16 à 12:26 - Mise à jour à 12:36

Source: Belga

Le suspect Abderamane A., interpellé vendredi à Schaerbeek dans le cadre de l'enquête ayant conduit à l'arrestation de Reda Kriket à Argenteuil (France), a été placé sous mandat d'arrêt et inculpé du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste, a indiqué dimanche le parquet fédéral

L'homme interpellé à Meiser inculpé pour participation aux activités d'un groupe terroriste

© Capture d'écran Youtube

A lire aussi: 'L'homme au chapeau' serait bien Fayçal Cheffou

L'homme, qui est blessé à la jambe, avait été interpellé vendredi avenue Rogier à Schaerbeek, à hauteur d'un arrêt de tram. Il avait vu sa privation de liberté être prolongée d'une période de 24 heures par le juge d'instruction qui l'a finalement placé sous mandat d'arrêt.

Plusieurs médias rapportent depuis samedi que le suspect interpellé vendredi à Schaerbeek avait été condamné en 2005 pour complicité dans l'assassinat du commandant Massoud et qu'il s'agit d'Abderahmane Ameroud. Le parquet fédéral refuse de donner l'identité complète de l'homme placé sous mandat d'arrêt et même de confirmer que le prénom divulgué dans son communiqué de samedi est correctement orthographié.

Le commandant Ahmed Shah Massoud, chef de l'Alliance du nord et chef de guerre antitaliban, avait été tué par deux Tunisiens s'étant fait passer pour des journalistes, Dahmane Abd el-Sattar et Bouraoui El-Ouaer, le 9 septembre 2001, deux jours avant les attentats meurtriers du réseau Al-Qaïda aux Etats-Unis. Cinq islamistes avaient été condamnés à des peines de 2 à 7 ans de prison le 17 mai 2005 à Paris, notamment pour avoir aidé les deux militants tunisiens à assassiner le commandant Massoud en Afghanistan avec une caméra piégée. Abderahmane Ameroud, un Algérien âgé alors de 27 ans, avait été condamné à sept ans de prison, ainsi qu'à une interdiction définitive d'accéder au territoire français, par la 13e chambre du tribunal correctionnel de Paris.

Abderamane A. a été privé de liberté vendredi dans le cadre de l'arrestation jeudi du Français, Reda Kriket, né le 17 janvier 1982, à Argenteuil. Un autre suspect, Rabah N., avait été interpellé vendredi en Région bruxelloise dans le cadre de cette même enquête. Il avait été interpellé rue de Mérode à Saint-Gilles. Rabah N. a été également placé sous mandat d'arrêt et inculpé du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste.

Reda Kriket était activement recherché depuis le 17 août 2015, date à laquelle un mandat d'arrêt européen avait été émis. Reda Kriket avait été condamné également par défaut à Bruxelles en juillet 2015 avec Abdelhamid Abaaoud lors du procès en Belgique d'une filière djihadiste vers la Syrie.

Selon le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, Reda Kriket a été interpellé jeudi pour un projet d'attentat en France "à un stade avancé".

D'après l'AFP, des fusils d'assaut et des explosifs ont été retrouvés jeudi dans un appartement de la région parisienne occupé par Reda Kriket. Outre une petite quantité de TATP prêt à l'emploi, de l'acétone et de l'eau oxygénée, ingrédients entrant dans la composition de cet explosif, ont été retrouvées à Argenteuil, en région parisienne. Cet explosif est utilisé fréquemment par les djihadistes du groupe Etat islamique.

En savoir plus sur:

Nos partenaires