'L'homme au chapeau' serait bien Fayçal Cheffou

26/03/16 à 12:47 - Mise à jour à 14:29

'L'homme au chapeau' sur les images de vidéosurveillance de l'aéroport de Zaventem serait bien Fayçal Cheffou, placé sous mandat d'arrêt vendredi et inculpé du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste, assassinats terroristes et tentative d'assassinats terroristes.

'L'homme au chapeau' serait bien Fayçal Cheffou

Fayçal Cheffou © Capture d'écran YouTube

Fayçal Cheffou aurait été reconnu lors d'une confrontation visuelle par le chauffeur de taxi qui a déposé les terroristes à l'aéroport de Zaventem mardi dernier, croit savoir Le Soir.

Domicilié à Bruxelles, il était connu de la police et des autorités politiques bruxelloises. Il aurait été arrêté à plusieurs reprises administrativement pour avoir tenté de "recruter" pour des mouvements radicaux des demandeurs d'asile et des sans-papiers dans le parc Maximilien à Bruxelles.

Le juge d'instruction en charge de l'enquête liée aux attentats de l'aéroport de Bruxelles National (Zaventem) et de la station de métro Maelbeek (Bruxelles) a délivré vendredi un mandat d'arrêt à l'encontre de Fayçal C., annonce samedi le parquet fédéral.

Le suspect a été inculpé du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste, assassinats terroristes et tentative d'assassinats terroristes. Une perquisition a été menée à son domicile. Aucune arme ni engin explosif n'a été trouvé, ajoute le parquet fédéral.

Fayçal C. avait été interpellé avec deux autres personnes devant les locaux du parquet fédéral à Bruxelles. Plusieurs médias avancent que le suspect, identifié sous le nom de Fayçal Cheffou, est le troisième homme apparaissant sur des images de caméras de l'aéroport de Zaventem, peu avant les attentats.

Les deux autres hommes apparaissant sur les images vidéo sont, selon le parquet fédéral, Najim Laachraoui et Ibrahim El Bakraoui, tous deux identifiés comme les kamikazes de l'aéroport national. Le troisième homme avait pris la fuite.

Une vidéo dans laquelle apparaît Fayçal Cheffou:

Abderamane A., interpellé vendredi à Meiser, a vu sa privation de liberté prolongée de 24 heures

Rabah N., suspect interpellé vendredi rue de Mérode à Saint-Gilles dans le cadre de l'enquête ayant conduit à l'arrestation de Reda Kriket à Argenteuil (France), a été placé sous mandat d'arrêt et inculpé du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste, déclare le parquet..

L'homme qui a été interpellé vendredi dans le cadre de la même enquête à l'arrêt d'une ligne de tram à Schaerbeek, avenue Rogier, Abderamane A., a vu sa privation de liberté être prolongée par le juge d'instruction d'une période de 24 heures. Il est blessé à la jambe.

L'autre suspect blessé à la jambe et interpellé vendredi à Forest, rue de Belgrade, Tawfik A., a, lui été remis en liberté par le juge d'instruction après audition approfondie.

Le Français arrêté à Argenteuil, Reda Kriket, né le 17 janvier 1982, était activement recherché depuis le 17 août 2015, date à laquelle un mandat d'arrêt européen avait été émis. Reda Kriket avait été condamné également par défaut à Bruxelles en juillet 2015 avec Abdelhamid Abaaoud lors du procès en Belgique d'une filière djihadiste vers la Syrie.

Selon le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, Reda Kriket, 34 ans, a été interpellé jeudi pour un projet d'attentat en France "à un stade avancé".

D'après l'AFP, des fusils d'assaut et des explosifs ont été retrouvés jeudi dans un appartement de la région parisienne occupé par Reda Kriket. Outre une petite quantité de TATP prêt à l'emploi, de l'acétone et de l'eau oxygénée, ingrédients entrant dans la composition de cet explosif, ont été retrouvées à Argenteuil, en région parisienne. Cet explosif est utilisé fréquemment par les djihadistes du groupe Etat islamique.

Aboubakar A. inculpé

Le suspect Aboubakar A. qui avait été interpellé à Jette avec une autre personne a été mis sous mandat d'arrêt et inculpé du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste, annonce samedi le parquet fédéral dans un communiqué. La personne qui l'accompagnait dans la voiture, a été remise en liberté après avoir été auditionnée.

Aboubakar A. avait été arrêté avec une autre personne par les forces de l'ordre alors que leur véhicule quittait le ring de Bruxelles à la sortie Jette, avait communiqué vendredi le parquet fédéral.

Le communiqué du parquet fédéral de ce samedi ne mentionne pas le cadre dans lequel s'inscrit l'arrestation d'Aboubakar A. Interrogé à ce sujet par téléphone, le porte-parole a expliqué que cette omission était volontaire, pour ne pas nuire au bon déroulement de l'enquête.

En savoir plus sur:

Nos partenaires