Flahaut accuse la N-VA "de faire du communautaire de façon insidieuse"

23/08/16 à 13:17 - Mise à jour à 13:46

Source: Belga

Le ministre du Budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles, André Flahaut (PS), a accusé mardi la N-VA "de faire du communautaire de façon insidieuse", alors que le parti nationaliste s'est engagé à ne plus parler de communautaire avant 2019, année prévue pour les prochaines élections législatives.

Flahaut accuse la N-VA "de faire du communautaire de façon insidieuse"

© Belga

"Mais dans la pratique, il n'y a pas besoin de dire qu'on fait du communautaire pour en faire ou de dire qu'on n'en fait pas pour ne pas en faire. En faire au quotidien et de façon insidieuse, sans jamais, en ce qui concerne la N-VA, se départir ou renier ses objectifs statutaires (le séparatisme, ndlr), comme le rappellent à intervalles réguliers (le président de la Chambre) Siegfried Bracke ou (le ministre de l'Intérieur), Jan Jambon", affirme l'ancien ministre fédéral et président de la Chambre dans une interview publiée par le journal 'Le Soir'.

Il dénonce encore le fait que, selon lui, "l'accord gouvernemental est inspiré de ce qui vit en Flandre, les décisions reflètent la philosophie flamande sur les plans communautaire et socio-économique et sont inévitablement orientées à droite". "Et cela s'accentuera à l'approche des élections (communales) de 2018 et 2019", ajoute-t-il.

M. Flahaut dénonce pêle-mêle "la privatisation et/ou la flamandisation" des politiques dans des départements comme la Santé publique, la Coopération au développement, les Finances et la Protection civile" et l'action de la secrétaire d'Etat à la Politique scientifique, Elke Sleurs (N-VA) - qui a d'après lui, "ouvert la porte à la régionalisation" du Musée (fédéral) de l'Afrique centrale à Tervuren.

Dans un domaine qu'il connaît bien, la Défense - M. Flahaut a dirigé ce ministère durant huit ans et demi -, il évoque des projets de l'actuel ministre, Steven Vandeput (N-VA), de déménagement des collections du Musée de l'air vers la Flandre (en partie vers Coxyde), de "localiser dans le Limbourg (son fief, ndlr), tout ce qui concerne les drones", alors que les appareils actuels, des B-Hunter vieillissants, sont basés à Florennes.

S'agissant des équipements de la Défense, "les vieux sont au Sud, les nouveaux au Nord", dit-il. Le ministre francophone dénonce aussi le projet, qui se préparerait en secret, de "transformer l'hôpital (militaire) de Neder-over-Hembeek en hôpital cocon que l'on n'ouvrirait que lors de grandes catastrophes". "Ainsi, une série de choses pourraient être transférées à Gasthuisberg, à Louvain", explique-t-il.

Interrogé par l'agence Belga, le cabinet de M. Vandeput a répondu que le ministre a déjà répondu à de très nombreuses questions au parlement, notamment sur la "vision stratégique" adoptée fin juin par le gouvernement et qui définit les contours de l'armée belge à l'horizon 2030, et "refuse de polémiquer".

A la Politique scientifique, le commentaire cité par 'Le Soir' est que Mme Sleurs ne tient "pas à réagir en détail", en ajoutant que "ce sont toujours les mêmes histoires que raconte le PS".

Nos partenaires