Exception culturelle: "Didier Reynders ne parle que pour lui-même"

05/11/14 à 16:48 - Mise à jour à 16:51

Source: Belga

L'exception culturelle annoncée mercredi par le vice-Premier ministre MR Didier Reynders au profit de trois institutions dont il a la charge (Monnaie, Bozar et ONB) "n'a pas eu l'aval du Conseil des ministres, a réagi la secrétaire d'Etat Elke Sleurs (N-VA).

Exception culturelle: "Didier Reynders ne parle que pour lui-même"

Elke Sleurs © BELGA

Dans un entretien accordé au Soir et au Morgen, M. Reynders affirme qu'"il n'y aura pas de black-out culturel", en réponse au patron de la Monnaie Peter De Caluwe qui avait usé de cette expression. "Il y aura au contraire une exception culturelle", affirme le ministre, expliquant que La Monnaie, Bozar et l'Orchestre national de Belgique (ONB) devront économiser moitié moins que les autres institutions. Plutôt que de subir des économies de 5,1 millions dès 2015 tel qu'annoncé par le secteur, La Monnaie, Bozar et l'ONB devront économiser 2,7 millions. "Et il n'y aura aucune économie sur le personnel dans les trois institutions", promet-il.

Ces déclarations n'engagent pas le gouvernement, a rétorqué dans la journée Elke Sleurs, dans un entretien publié sur le site web de La Libre Belgique. "Didier Reynders ne parle que pour lui-même sans avoir eu l'aval du conseil des ministres. J'aurais aussi pu dire des choses mais moi je m'en tiens aux règles du gouvernement. Je me tiens à ce qu'on a décidé ensemble et je ne fais pas de promesses si je n'ai pas la certitude de pouvoir les tenir. Nous avons négocié un accord difficile justifié par l'équilibre budgétaire à atteindre. Si on revoit un point de l'accord, tout alors peut être revu", fait valoir celle qui a la charge quant à elle de onze institutions relevant de la politique scientifique, dont les musées royaux.

Si le dossier devait se retrouver sur la table du Conseil des ministres vendredi, la secrétaire d'Etat N-VA compte bien à son tour mettre des demandes sur la table. "Pour ce qui me concerne, j'attendrai ce que le gouvernement décidera vendredi et s'il accepte ce que veut Reynders, je viendrai avec d'autres choses", dit-elle.

Rudy Demotte rejette l'appel du pied adressé par Didier Reynders

La Fédération Wallonie-Bruxelles a fermement rejeté l'appel du pied que lui adressait mercredi matin dans la presse le vice-Premier ministre MR Didier Reynders pour éviter des coupes budgétaires dans les institutions culturelles fédérales.

Interrogé mercredi en plénière du Parlement sur l'annonce de ces économies et les propos de M. Reynders, le ministre-président de la Fédération, Rudy Demotte (PS), a assuré que son institution n'avait pas été contactée par le ministre fédéral, et qu'elle ne le souhaitait d'ailleurs aucunement.

"Nous ne voulons pas jouer les pompiers des économies que la droite flamande veut réaliser!", a lancé le ministre-président en réponse à des questions d'actualité adressées par les députées Isabelle Emmery (PS) et Caroline Persoons (FDF). Devant l'assemblée, M. Demotte s'est dit "très touché" et "inquiet" par l'annonce des économies sur ces institutions culturelles fédérales, seule "vitrine dans la capitale" de la production culturelle des deux Communautés du pays, a-t-il défendu.

En savoir plus sur:

Nos partenaires