Des Résistants contre les bigots

12/04/10 à 09:36 - Mise à jour à 09:35

Source: Le Vif

Avec l'islam radical pour cible principale, un groupe actif sur le Net - un parmi d'autres - fait de plus en plus parler de lui. Anonyme. Et politiquement incorrect...

Des Résistants contre les bigots

On n'avait rien demandé, mais voilà qu'un courriel arrive. Un milliardième spam de plus ? Oui et non. C'est un envoi des "Résistants", des personnages qui ne se présentent pas mais dont les messages annoncent qu'ils "forment un réseau international d'intervenants laïques, soucieux de combattre l'intégrisme musulman sous toutes ses formes". Soit. Mais la méthode intrigue.

Les semaines passant, on observe que ces "Résistants" prennent peu position, mais relaient surtout faits, commentaires et thèses émis par d'autres personnes ou d'autres groupes. Et que des proximités semblent exister, du moins dans les thèmes et événements rapportés, avec "Vigilance Citoyenne", un groupe belge coordonné par Claude Demelenne lui aussi fervent de la Toile et du courriel, ou avec "Riposte laïque", un réseau français du même tonneau qui lutte "pour l'égalité hommes/femmes et pour la laïcité contre l'intégrisme".

Mais qui sont ces anonymes "Résistants" ? Contactés par Le Vif/L'Express, ils se sont manifestés en la personne d'Aldo-Michel Mungo, un éditeur bruxellois par ailleurs transfuge libéral du Parti populaire. Cela fait-il du groupe un satellite de la droite marquée ? "Non, répond-il, notre combat, c'est celui contre le retour de la bigoterie en général, et surtout islamiste pour le moment. Ce qui mobilise indifféremment des gens de droite et de gauche."

30 sites, 5 000 adresses

Ainsi, les "Résistants" qui, il est vrai, n'hésitent pas à dénigrer à l'occasion ce qu'ils dépeignent comme de l'"islamo-gauchisme" (le Molenbeekois Philippe Moureaux étant déjà passé
à la casserole), s'en prennent aux rétrogrades de tout poil qui sévissent sur le Net et ailleurs. Comme, encore, le 6 avril, en prenant la défense, sur le front électronique, de Fatoumata Sidibé. D'origine malienne, l'ancienne présidente de Ni putes ni soumises, devenue députée FDF, venait d'être taxée dans un blog d'islamophobe et d'y être traitée de "machine de guerre lancée contre les siens, bougnoule de service à obsolescence rapide, nègre domestique (...)". Et on en passe, écoeurés.

Bref, ils sont environ 30 à travailler de concert, envoyant de plus en plus régulièrement des messages à quelque 5 000 adresses électroniques, "de leaders d'opinion, de mandataires électifs, de blogueurs, de journalistes", explique Aldo-Michel Mungo. "Notre liste s'agrandit chaque jour et nous sommes actifs en Belgique et en France."

Au menu, par exemple : l'attitude, trop bigote aux yeux des "Résistants" ("islamolâtrie", disent-ils), d'Ecolo quant à la récente interdiction de la burqa - avec mise sur YouTube d'une vidéo espiègle dédiée. Ou encore la position du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, quand il a adopté, le 25 mars, un texte discutable sur la diffamation des religions. Ou aussi la présence d'un élu du MR à une manifestation devenue antisémite.


"On ne s'en prend jamais aux personnes qui vivent simplement dans la croyance en Dieu. En revanche, l'entrisme sournois de l'islam radical nous est insupportable. Pas question de faire passer le prescrit religieux avant le contrat social", assure Aldo-Michel Mungo.

Enfin, pourquoi l'anonymat apparemment inquiétant des "Résistants" ? "Plusieurs sont fonctionnaires et, à ce titre, ne veulent pas apparaître. On en a fait une règle générale." Voilà, en tout cas, un pavé dans la mare du politiquement correct.

ROLAND PLANCHAR

En savoir plus sur:

Nos partenaires