© DR

Le premier smartphone qui se plie en deux : le Flexpai

Rosanne Mathot
Rosanne Mathot Journaliste

Contre toute attente, c’est un petit poucet chinois qui a remporté l’effrénée course aux smartphones pliables, au grand dam des ténors de la filière : la marque chinoise Royole (spécialisée dans les dalles flexibles) propose à la vente, sur son site, la version « développeur » du tout premier portable pliable du monde, le Flexpai : un téléphone au format d’une tablette qui, une fois plié, a la taille d’un livre de poche. D’ores et déjà accessible en Chine, depuis octobre dernier, la version grand public sera disponible pour les clients occidentaux courant 2019.

Du verre qui se plie ? Non, bien sûr. Si l’écran du Flexpai est flexible, c’est qu’il est composé de fines couches de film plastique souple. Cet écran fonctionne selon la technologie Amoled (matrice active à diodes électroluminescentes organiques) : des composants électroniques produisent de la lumière à partir de substances organiques qui s’illuminent, lorsqu’elle sont traversées par un courant électrique : chaque pixel génère sa propre lumière. Niveau contraste et couleurs, le résultat est bluffant.

Génération Selfie

Doté du plus gros processeur du marché, le Snapdragon 8150, ainsi que d’un son stéréo, ce smartphone tourne sous Android 9.0 surmonté d’une interface personnalisée appelée « Water » qui adapte l’affichage en portrait ou paysage. Ce device presque incassable pourrait, selon son fabricant, être plié 200 000 fois avant d’être abîmé. L’engin est également équipé de deux caméras, ce qui permet à celui qui est photographié de se voir, alors qu’il est pris en photo.

Ready Player One !

Cette phablette (néologisme mêlant téléphone portable et tablette est dotée d’un écran tactile de 7,8 pouces avec un ratio de 4:3 et offre deux fois plus d’espace qu’un téléphone standard :une aubaine pour les accros aux réseaux sociaux et au gaming. On peut ainsi consulter ses mails sur un écran, tout en jouant, ou en regardant une vidéo YouTube, sur le second..

Pas vraiment « plié »

Concrètement, la pliure du Flexpai se fait vers l’extérieur, le long d’une sorte de charnière souple relativement large, qui fait que les deux parties de son écran ne sont jamais collées l’une à l’autre, l’écran se contentant d’être courbé. Du coup, une fois plié, une bonne partie de l’écran ne peut pas être utilisée : celle de la « tranche ». Autre mauvais point du Flexpai : pendant le pliage, tant l’image que la réactivité du software sont poussifs. Pour tout dire, les premiers lucky few à avoir testé ce device, lors de la dernière grand-messe technologique du CES 2019, décrivent un appareil assez lourd et mastoc.

2019, l’année du smartphone pliable

Le téléphone pliable de Samsung devrait, lui, se plier dans l’autre sens que le Flexpai, permettant au « dos » de la phablette d’être utilisé, grâce à un écran 4 pouces, informant, par exemple, l’utilisateur de ses principales notifications. Cela fait plusieurs années que la plupart des géants de la téléphonie mobile, comme Samsung, Huawei ou Lenovo, sont sur le coup de ce qui pourrait bien être l’un des futurs créneaux majeurs du secteur : l’avènement du smartphone pliable est prévu cette année, en 2019.

Partner Content