© Getty

Syndrome du côlon irritable : « Nous comprenons de mieux en mieux la communication entre le cerveau et l’intestin »

Un Belge sur dix souffre du syndrome du côlon irritable, une affection qui reste malheureusement encore mystérieuse. Le gastro-entérologue Heiko De Schepper (UZA) plaide pour que l’on se penche davantage sur ce problème encore sous-estimé.

Des recherches récentes ont montré que pas moins de 69 % de la population belge souffre de l’un ou l’autre trouble intestinal. Pour 10% des Belges, il s’agit du syndrome du côlon irritable (SCI). Cette maladie chronique, bien que bénigne, provoque parfois des douleurs abdominales handicapantes après les repas et des selles des plus variables (diarrhée, constipation ou un mélange déroutant des deux). Les symptômes peuvent également inclure des ballonnements abdominaux, des flatulences, des nausées et de la fatigue. La maladie a un impact considérable sur la qualité de vie des patients. Pour certains, les symptômes sont assez légers, mais d’autres restent alitées toute la journée.

Une des difficultés de ce syndrome est que les médecins doivent se baser uniquement sur les symptômes du patient puisque la maladie ne peut pas être diagnostiquée par des analyses de sang et de selles. Ce qui place de facto cette maladie en dehors de la zone de confort de la médecine moderne. En conséquence, elle est trop souvent reléguée au rang des maladies psychosomatiques « banales ».

Heiko De Schepper, spécialiste en gastro-entérologie à l’UZA et auteur de l’ouvrage « Irritable Bowel Syndrome », ne mâche pas ses mots : « Le SCI est quelque chose de sérieux et ce n’est pas dû à l’imagination du patient« . Pourtant, ceux qui en souffrent sont encore trop souvent envoyés de spécialiste en spécialiste. Pour De Schepper les informations peu subtiles, voire complètement déformées, que l’on trouve non seulement sur Internet, mais aussi chez les médecins, les homéopathes ou encore les nutritionnistes font que les patients passent encore trop souvent et trop longtemps à côté du diagnostic et donc du bon traitement. Pourtant, avec les bonnes informations, il est possible de maîtriser des intestins irritables.

Les patients souffrant de problèmes intestinaux se réfugient souvent dans les tests d’anticorps alimentaires ou les analyses de leurs bactéries intestinales. Pourquoi ce n’est pas une bonne idée ?

De Schepper :  » La fiabilité de ces tests et leur reproductibilité n’ont pas fait l’objet de recherches suffisantes. En outre, le test ne reflète que votre régime alimentaire. Bien sûr, si vous consommez beaucoup d’aliments spécifiques, les valeurs seront différentes, mais cela ne signifie pas que vous êtes intolérant ou allergique. Les gens perdent beaucoup de temps, d’efforts et d’argent en agissant ainsi et sont inutilement soumis à des régimes beaucoup trop stricts. Comme ces régimes ne sont pas efficaces, le patient ne fait que se décourager davantage.

Les connaissances des médecins généralistes sont-elles également insuffisantes ?

« Les médecins généralistes se forment de plus en plus à ce syndrome et le monde médical prend ce problème de plus en plus au sérieux, mais cela ne change rien au fait qu’un certain nombre de médecins généralistes et de gastro-entérologues se désintéressent de ce problème ou n’ont pas le temps ni l’envie de soutenir correctement les patients. Après tout, le suivi du syndrome du côlon irritable exige une quantité considérable de temps et de travail.

La cause du syndrome du côlon irritable n’est pas connue, mais on en sait un peu plus sur ses origines. Cela serait dû à une perturbation de la connexion entre notre intestin et notre cerveau, l’axe intestin-cerveau. Comment cela est-il possible ?

Les selles ne sont pas seulement le reflet de votre santé et de votre alimentation, mais aussi de ce que vous ressentez. L’étron comme miroir de l’âme, pour ainsi dire. Nous savons depuis longtemps qu’il existe une interaction entre le cerveau et les intestins. Chacun aura fait l’expérience de cette interaction lors de périodes de stress. Cependant, chez les patients atteints de SCI, le filtre qui garantit que de tels problèmes ne se produisent que dans des circonstances spécifiques a disparu et les intestins jouent constamment la comédie. Ces dernières années, nous avons acquis une meilleure compréhension des modes de communication entre le cerveau et l’intestin et des raisons pour lesquelles l’axe intestin-cerveau ne fonctionne pas correctement.

Syndrome du côlon irritable :
© Getty

Les symptômes du SCI peuvent être déclenchés par des problèmes psychologiques. Le SCI est-il donc un trouble psychologique ?

« Non, ce n’est pas le cas. Nous constatons que les SCI peuvent survenir après un stress émotionnel important ou des événements de vie traumatisants. Les patients atteints du syndrome de stress post-traumatique ont également tendance à présenter plus de dépression et d’anxiété que les autres personnes. Mais cela ne signifie pas que les symptômes sont entretenus par le problème psychologique. Il y a une différence entre le déclencheur et le problème lui-même. Il en va de même à l’autre extrémité de l’axe intestin-cerveau : là, une infection gastro-intestinale, telle qu’une grippe intestinale sévère, peut être le déclencheur initial du SCI, mais une fois l’infection guérie, les symptômes persistent. Si le problème était lié au stress, le traitement du stress devrait suffire à faire disparaître les symptômes, or ce n’est pas le cas. Nous traitons le stress parce qu’il est l’un des déclencheurs du SCI, mais cela ne résout pas le problème. Nous soupçonnons qu’en subissant un stress sévère, quelque chose change dans la façon dont le cerveau fonctionne et que la communication entre le cerveau et l’intestin est également affectée de façon permanente« .

Craignez-vous une augmentation des intestins irritables en raison de l’agitation mentale et de l’anxiété causées par la pandémie ?

Il faudra voir cela dans quelques années. Le stress chronique est un facteur de risque important pour le développement du syndrome du côlon irritable. À l’inverse, il est vrai que le confinement a été une période plus calme pour beaucoup de mes patients. Ils ne devaient pas sortir pour travailler ou rendre visite à leur famille. Cela a apporté une certaine paix dans la tête et donc aussi dans leur ventre. Ce n’est pas que les symptômes se soient soudainement améliorés, mais lorsqu’un patient se trouve près de toilettes et qu’il sait que rien ne peut lui arriver de fâcheux, cela lui procure une paix mentale. Pour les patients qui doivent faire un long trajet ou rester assis dans un bus pendant une longue période, c’est une autre histoire. Parfois, ce stress est si grand que nous devons les traiter séparément par une psychothérapie.

En travaillant sur la psyché de l’axe intestin-cerveau, les plaintes peuvent être traitées, par exemple par l’hypnose.

En Belgique, il y a un manque regrettable d’hypnothérapeutes ayant une formation médicale, mais aux Pays-Bas, la thérapie par l’hypnose pour les troubles intestinaux est utilisée en permanence, car elle fonctionne vraiment. Bien que nous ne sachions pas vraiment pourquoi. L’hypnose peut également être utilisée, par exemple, pour aider les personnes à arrêter de fumer en agissant sur les stimuli liés à la dépendance. En intégrant une suggestion dans la programmation du cerveau, les stimuli qui arrivent peuvent être filtrés plus facilement.

Syndrome du côlon irritable :
© Getty

Les antidépresseurs apparaissent également de plus en plus comme l’un des traitements les plus efficaces contre les problèmes intestinaux. Pourquoi ?

« L’approche ne consiste pas tant à traiter une dépression qu’une douleur chronique. Ainsi, dans le traitement du SCI, nous utilisons les antidépresseurs non pas comme un psychotrope, mais comme un antidouleur. C’est un effet secondaire de l’antidépresseur.

Environ 70 % du système immunitaire est basé dans l’intestin. Quelles sont les conséquences du syndrome du côlon irritable sur l’immunité ?

« L’impact n’est pas aussi prononcé que dans le cas de véritables maladies immunitaires, mais dans certains cas, le système immunitaire réagit mal aux aliments après une infection gastro-intestinale. Le professeur Guy Boeckxstaens, gastro-entérologue à la KU Leuven, a publié l’année dernière dans la revue Nature une nouvelle théorie prometteuse dans laquelle il a établi que les mastocytes, un type de cellule inflammatoire présent partout dans l’organisme, mais aussi très souvent dans la paroi intestinale, sont impliqués dans le développement du SCI. Ces mastocytes sont pleins d’histamine, un élément important du système immunitaire. Un excès d’histamine entraîne une réaction excessive du système immunitaire. L’histamine agit localement sur les nerfs des intestins et active l’axe intestin-cerveau, ce qui peut entraîner des diarrhées. L’une des conséquences de ce phénomène est que nous pouvons très bien contrôler certains patients atteints de SPD avec des médicaments contre le rhume des foins.

Un autre élément du syndrome du côlon irritable est une perturbation du microbiome. Les patients atteints de SCI ont un microbiome moins diversifié que les personnes en bonne santé. Notre alimentation occidentale « malsaine » a-t-elle un rapport avec cela ?

« Nous savons que le microbiome est en partie formé par ce que nous mangeons. Cela commence dès l’enfance. Les personnes ayant un régime occidental comportant beaucoup de graisses saturées et de glucides rapides ont un microbiome moins diversifié que celles qui ont une alimentation variée et suivent le régime méditerranéen, par exemple. La question essentielle est de savoir si c’est également la cause des plaintes. Il n’existe aucune preuve concluante à ce sujet. Il se peut aussi que votre microbiome soit perturbé par le SCI. Le microbiome est une chose très intéressante, mais nous n’en sommes encore qu’au début de nos connaissances sur la façon de l’aborder. Nous ne savons pas non plus avec une certitude absolue à quoi ressemble un microbiome normal ni comment il peut être modifié.

Donc boire un Actimel tous les jours pour garder ses intestins en bonne santé n’a pas beaucoup de sens ?

Il n’y a aucune preuve de cela. Il est bien plus important de manger sainement. Votre microbiome dépend de ce que vous mangez et de votre mode de vie. Si vous êtes sportif ou actif physiquement, vous aurez un microbiome plus diversifié que si vous menez une vie sédentaire.

On ne peut pas guérir le SCI, on peut le traiter. Il existe un large éventail d’options thérapeutiques pour contrôler les symptômes, allant de la pharmacothérapie aux modifications du mode de vie telles que le régime pauvre en graisses, l’exercice, la thérapie du plancher pelvien, la relaxation et la psychothérapie. Comment savoir quel patient a besoin de quel traitement ?

C’est toute la question. Nous n’avons pas de tests qui peuvent nous montrer quelle est la solution pour quel patient. Nous recherchons assidûment un test de biomarqueur qui puisse nous aider. Aujourd’hui, nous devons nous fier aux essais et aux erreurs. Ce qui fonctionne pour un patient ne fonctionne pas du tout pour un autre. Cela peut prendre jusqu’à six mois avant de trouver quelque chose qui fonctionne vraiment. Jusqu’à ce que nous trouvions un tel biomarqueur, nous devons écouter très attentivement les plaintes du patient et essayer de cerner le contexte. Avec le patient, nous regardons dans quelle direction nous voulons aller. Par exemple, certaines personnes sont très réticentes à prendre des médicaments. Ensuite, nous essayons d’envisager des ajustements du mode de vie ou un régime. L’un des traitements les plus efficaces du syndrome du côlon irritable est le régime Fodmap, dont le taux de réussite est d’environ 70 à 80 %. Mais il s’agit d’un régime très intensif qui ne convient certainement pas à tout le monde et qui ne doit pas être suivi seul. Les risques nutritionnels peuvent, au final, faire plus de mal que de bien.

La transplantation fécale peut-elle devenir un traitement possible à l’avenir ?

Le professeur Danny De Looze a mené une vaste étude sur la transplantation de selles à Gand auprès de patients souffrant de troubles gastro-intestinaux. Les résultats étaient raisonnablement bons, mais il semble que l’effet s’estompe. Ma plus grande inquiétude est qu’en donnant le microbiome de quelqu’un d’autre, le microbiome du patient change radicalement. Bien sûr, nous sélectionnons les donneurs pour exclure certains risques, mais en fait, nous ne pouvons jamais être entièrement sûrs que le donneur est réellement en bonne santé. On soupçonne le microbiome de contribuer à déterminer le risque de développement ultérieur de maladies telles que des problèmes métaboliques, certains cancers, des problèmes psychologiques… Et la liste ne cesse de s’allonger.

Nous ne pouvons pas prédire exactement si un certain microbiome n’est pas à l’origine d’une maladie dans quelques années. Il existe donc un risque qu’un jeune patient souffrant du syndrome du côlon irritable, une affection somme toute bénigne, soit exposé au risque de diabète, par exemple, par le biais d’une transplantation de selles. On pourrait envisager un tel risque pour les variantes très sévères du SPD, en concertation avec le patient, mais le traitement n’est pas assez concluant pour cela. Il y a toutefois une note positive : dans une étude norvégienne sur la transplantation de selles, un profil de donneur super sain a été trouvé dans une grande base de données, un dieu norvégien du microbiome en quelque sorte. Ses selles ont permis de guérir tous les patients atteints de SPD dans la population étudiée, bien plus que tout autre donneur supposé sain. Si nous parvenons à identifier, sélectionner et reproduire avec précision les bactéries actives, cela pourrait signifier un nouveau départ dans ce domaine. Mais ce n’est pas encore pour tout de suite.

Selon vous, la formation d’un étron est l’un des processus les plus beaux et les plus poétiques que le corps humain ait à offrir. Une chose sur laquelle on ne s’attarde pas assez. Vous préconisez même d’apporter l’échelle de Bristol, un tableau qui divise les selles en catégories en fonction de leur consistance, aux fêtes de famille et aux team buildings ? Pourquoi devrions-nous faire plus attention à nos selles ?

Le processus d’évacuation des selles fait partie intégrante de notre corps. La honte qui y est associée est inutile. Elle est même dangereuse, car elle pousse les patients à dissimuler leurs plaintes jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Une autre raison de regarder dans la cuvette des toilettes de temps en temps est que vous pouvez parfois y voir des choses liées à votre santé intestinale. Vous ne remarquerez pas de sang dans les selles si vous ne regardez pas. Cependant, il s’agit d’un important signal d’alarme de votre corps indiquant que quelque chose pourrait être très mauvais.

Quel est le secret pour avoir une crotte saine, souple et qui se dirige sans trop d’effort vers le pot ?

Il s’agit de recommandations relatives au mode de vie qui s’appliquent à la prévention de toute maladie : une vie saine, une alimentation variée, la consommation de fibres et de liquides en quantité suffisante et l’exercice. Mais plus important encore : écoutez votre corps. Nous voyons beaucoup de problèmes de selles se développer chez les personnes qui se retiennent constamment d’aller à la selle, par exemple. Et vice versa, ne pas prendre suffisamment de temps pour aller à la selle peut également entraîner des problèmes. Vous devez laisser votre corps faire son travail. En ce qui concerne la fréquence, il ne s’agit pas du tout d’aller aux toilettes tous les jours. La définition d’un passage aux toilettes normal est la suivante : il doit être confortable.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content