Covid: l’OMS modifie ses recommandations de vaccination, trois nouvelles catégories de priorité proposées

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que les adultes en bonne santé ne nécessitent pas de dose supplémentaire de vaccins anti-Covid, au-delà de la vaccination primaire et d’un premier booster, les bénéfices pour la santé étant minimes.

Pour ce groupe de personnes de moins de 60 ans dit à risque moyen -auquel s’ajoutent aussi enfants et adolescents avec des comorbidités de 6 mois à 17 ans-, il n’y a aucun risque à recevoir des injections supplémentaires mais « les retours en termes de santé sont faibles », ont déclaré les experts en vaccins de l’OMS. 

Le Groupe consultatif stratégique d’experts sur la vaccination (SAGE) de l’OMS a publié des recommandations mises à jour après sa réunion cette semaine à Genève. Les nouvelles recommandations du SAGE reflètent l’impact d’Omicron et du haut niveau d’immunité désormais atteint dans la population mondiale à cause des infections et grâce à la vaccination, a déclaré l’OMS. 

Le SAGE a proposé trois nouvelles catégories de priorité pour la vaccination Covid en fonction du risque de développer une forme grave de la maladie ou de décès : élevé, moyen et faible.

En revanche, les personnes plus âgées, les autres adultes avec des comorbidités, toutes les personnes immunodéprimées, les femmes enceintes et les travailleurs de santé en première ligne sont invités à davantage de vaccination, à raison d’une dose de rappel après le régime initial de vaccination et un premier rappel.

Le SAGE recommande un intervalle de 6 à 12 mois entre les boosters en fonctions des morbidités. En revanche, les preuves « manquent de cohérence » en ce qui concerne l’impact des vaccins anti-Covid sur le Covid long, qui voit la maladie initiale se développer en symptômes souvent très handicapants comme une extrême fatigue ou une incapacité à se concentrer. 

Près de 13,3 milliards de doses de vaccin Covid ont été administrées dans le monde.  L’OMS recherche de nouveaux vaccins Covid qui couvrent un large éventail de variants, ont un effet plus durable et affichent de meilleures performances contre l’infection et la transmission. L’organisation examine également de nouvelles méthodes d’administration des sérums nasale, orale ou cutanée.

Contenu partenaire