A 65 ans, fini l’aide psychologique de crise

Le Vif

Selon le député Jan Bertels (SP.A), un tiers des suicides concerne des plus de 65 ans. Or, déplore-t-il, ce  » groupe à risques  » ne bénéficie plus ni de l’aide mobile de crise ni du remboursement d’une aide psychologique.

En mars 2018, le Centre fédéral d’expertise des soins de santé recommandait de renforcer les équipes mobiles de crise et d’élargir leurs interventions aux seniors, qui seraient remboursées. La ministre sortante de la Santé, Maggie De Block (Open VLD), assure qu’elle souhaite la suppression de la limite d’âge de 65 ans pour l’accès aux soins de première ligne, l’élargissement des équipes mobiles de crise et le remboursement de l’aide psychologique aux aînés. Mais ce devrait être la tâche du prochain gouvernement…

M.LA.

Partner Content