Motos et scooters: 40% d’embouteillages en moins

L’utilisation des motos et scooters constitue une solution pour fluidifier la circulation aux heures de pointe. Une étude scientifique menée par Transport & Mobility Leuven l’a en effet démontré.

7 Belges sur 10 sont conscients des avantages des deux-roues motorisés (selon une étude d’Autoscout24.be et du bureau d’études Multiscope), mais ils ne franchissent pas (encore) le pas vers la moto ou le scooter. Pourtant, une diminution de 10% du nombre de voitures dans les files engendrerait une réduction de 40% de la longueur des embouteillages et des heures perdues dans ces bouchons. Un juge de la Cour de Cassation a ainsi l’habitude de venir à Bruxelles à moto. Celle-ci ne reste au garage qu’en cas de neige ou de verglas. La moto est selon lui le seul moyen de transport avec lequel il a la certitude d’arriver à l’heure à Bruxelles sans devoir partir extrêmement tôt. « En voiture, on ne sait jamais à quelle heure on va arriver. Parfois, ça roule bien. Mais on peut tout aussi bien perdre 2 heures. » Le grand avantage de la moto et du scooter réside dans leur maniabilité et leur largeur réduite, ce qui permet de « remonter » facilement les files entre deux rangées de voitures. Se rendre au travail à moto ou en scooter présente aussi un avantage financier. Les frais d’utilisation d’une moto ou d’un scooter (taxe de circulation, carburant, entretiens, équipements personnels) sont en effet déductibles fiscalement à 100%. En Belgique comme ailleurs, des initiatives existent pour inciter les motards à utiliser leur deux-roues pour se rendre au travail. Ce jeudi 22 juin, par exemple, a été désigné par les magazines Motos & Loisirs et Motoren & Toerisme « journée sans embouteillage ». Les deux magazines appellent un maximum de gens à se rendre au travail à moto ou scooter ce jour-là.(Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content