© GF

Le Wrangler hybride élu 4×4 de l’année en France

Laurent Blairon journaliste

La Jeep Wrangler 4xe hybride rechargeable a décroché cette élection organisée par la revue spécialisée « 4×4 Magazine » et soumise à un jury composé de lecteurs et de journalistes spécialisés.

Ce type de reconnaissance n’est pas rare – dans le milieu offroad – pour la marque iconique, mais ici, dans le cas de la version hybride, c’est un très bon indicateur pour la carrière du modèle, mais également une preuve du très bon travail accompli durant son développement. Car rien n’était gagné pour cette version hybride rechargeable, une technologie écologique, mais aussi décriée pour son coût et le poids qu’elle impose. Or dans le cas du Wrangler, l’intégration essence + électrique lui sied comme un gant, du moins en terme de dynamisme et de plaisir de rouler. Le 2 litres 4 cylindres turbocompressé développe 272 ch tandis que ses deux moteurs électriques (en fait un alterno-démarreur à l’avant de 61 ch et un moteur électrique à l’arrière de 145 ch) délivrent, ensemble, une puissance de 375 ch effectifs. Mieux, le couple combiné atteint 637 Nm. Sur la route ou en dehors, l’Américain fait toujours mieux que se défendre. Ses accélérations et ses reprises sont surprenantes (0 à 100 km/h en 6,4 secondes). En outre, la faculté de rouler en mode 100% électrique (pour 30-40 km au maximum), et donc de découvrir un plaisir inédit, en ville au volant d’un Wrangler, contribue aussi aux bonnes sensations.

Très chère hybridation

Fiscalement, en Belgique, malheureusement le Wrangler n’est pas un cadeau, du moins pour les acheteurs particuliers Wallons, qui se délesteront d’une taxe de mise en circulation maximale, alors que les habitants de Flandre ne paieront qu’une cinquantaine d’euros, donc… 100 fois moins ! Reste que dans d’autres pays, comme la France, le Wrangler 4XE évite de payer un supermalus pouvant atteindre 30.000 euros. Cela dit, le prix d’achat du Wrangler 4XE reste très élevé, environ 70.000 euros de base. La consommation relativement basse (moins de 8 l/100 km en alternant les modes électriques et hybrides) est louable, mais n’est qu’une maigre consolation. Cela dit, bien heureux qui peut en profiter.

Partner Content