© iStock

Le nombre de tués sur la route divisé par deux à Bruxelles: « Un succès de la zone 30 », selon Van den Brandt

La ministre Elke Van den Brandt (Groen) souligne la contribution de la zone 30 de Bruxelles à la réduction du nombre d’accidents et de décès sur les routes de Bruxelles.

La ministre bruxelloise de la Mobilité et de la Sécurité routière Elke Van den Brandt se félicite du dernier baromètre de la sécurité routière publié par l’institut de la circulation Vias.

« L’objectif principal de la ville 30 est de sauver des vies. Et cela fonctionne: le nombre d’accidents graves a diminué de 20% au cours de la première année ; le nombre de décès a chuté de plus de moitié. Dans les années à venir, nous continuerons à investir dans la sécurité routière, jusqu’à ce que nous n’ayons plus à regretter aucun mort », a-t-elle déclaré ce lundi.

Baisse à Bruxelles et en Wallonie

La Wallonie et Bruxelles ont enregistré l’an dernier respectivement 36 et huit tués en moins sur les routes (-16%), à l’inverse de la Flandre, où ce nombre a augmenté de 45 (+18%), ressort-il du baromètre de l’institut Vias, en collaboration avec la police fédérale, publié lundi.

Le nombre d’accidents a par contre augmenté de 14% dans tout le pays, soit plus de 4.300 accidents supplémentaires en un an. La hausse s’élève à 18% en Wallonie (9.746 accidents), 10% à Bruxelles (3.497) et 13% en Flandre (21.021).

Les piétons ne sont pas épargnés, avec 17% d’accidents en plus. On compte également 1.022 accidents avec une trottinette électrique, soit environ trois par jour.

Baisse du trafic à cause du Covid

Selon Vias, les mesures sanitaires liées à la pandémie de Covid-19, qui ont entre autres entraîné une baisse du trafic, expliquent certainement la diminution du nombre de tués par rapport à 2019 (alors 619).

A Bruxelles, on observe dans les chiffres diffusés par Bruxelles Mobilité que le nombre d’accidents avec blessés (3.469) est en diminution par rapport à la moyenne des années 2016 à 2020 (3.706), mais en hausse par rapport à 2020 (3.179). Selon l’opérateur public bruxellois de la mobilité, lorsque l’on effectue des comparaisons, « il est clair que les chiffres stables d’avant la période de la pandémie (3.800 à 3.900 accidents) par an) se sont considérablement améliorés au cours des deux dernières années. Cependant, il reste difficile d’isoler l’effet de la restriction de la mobilité pendant les différentes vagues de Covid-19 à partir d’un potentiel effet de la ville 30. L’année 2021 a également commencé par des restrictions ».

Par mode de transport, la plus forte augmentation du nombre de victimes de la route à Bruxelles est observée chez les usagers de trottinettes électriques. Il a plus que quadruplé au quatrième trimestre 2021 (130) par rapport au quatrième trimestre de l’année précédente (27). Et sur toute l’année dernière, on a enregistré 400 blessés contre 147 l’année précédente.

La plus forte diminution du nombre de blessures et décès concerne les occupants des voitures: on est passé de 1066 victimes en 2020 à 979 l’an dernier (1616 par an en moyenne durant les années précédant la période corona)

Le nombre de victimes corporelles d’accidents de la route à vélo est resté stable par rapport à 2020 (990 versus 987) mais en hausse par rapport à la moyenne des dernières années précédant la période corona (791) durant lesquelles ils étaient moins nombreux sur les routes de la capitale.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content