© iStock

La mobilité électrique est-elle l’avenir ?

Urbain Vandormael
Urbain Vandormael Spécialiste voitures  

 » La prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur.  » – Niels Bohr, physicien danois et prix Nobel  » Le meilleur moyen de prédire l’avenir est de le créer.  » – Abraham Lincoln, 16e président des États-Unis

Pas besoin d’une boule de cristal pour savoir que la conduite électrique est l’avenir. Il suffit de suivre la politique européenne. L’UE a récemment annoncé l’arrivée d’une norme Euro 7 plus stricte pour les transports motorisés, obligeant de facto les constructeurs automobiles à développer des alternatives écologiques au moteur à combustion classique. Et à partir de 2035, aucune nouvelle voiture à essence ou diesel ne pourra être vendue en Europe.

La mobilité durable est en train de devenir une priorité politique, et ce dans de plus en plus de pays. Outre les nouvelles normes d’émission européennes, qui entreront en vigueur en 2025, de nombreuses grandes villes européennes introduisent déjà des zones à faibles émissions. En Belgique, Bruxelles, Anvers et Gand donnent le ton. Aux Pays-Bas, Amsterdam, Arnhem, La Haye et Utrecht sont les premières villes à introduire une zone environnementale, où vous n’êtes le bienvenu que si vous avez une voiture ou une moto « propre ».

Par ailleurs, les accises sur l’essence et le diesel ne feront qu’augmenter ces prochaines années. D’un point de vue fiscal, la mobilité électrique devient de plus en plus avantageuse.

Dans cette série d’articles, étalée sur plusieurs mois, nous répondons chaque semaine à trois questions sur la conduite électrique. Vous avez encore une question sur le sujet? N’hésitez pas à la poser ici.

Partner Content