© Belga

« La batterie d’une voiture électrique permet d’alimenter sa maison en courant »

Stefanie Van den Broeck Journaliste Knack

Les voitures à hydrogène sont une voie importante pour l’avenir, déclare Joost Kaesemans, directeur communications de Febiac aux lecteurs de Knack.

J’ai lu que l’émission de CO2 pour la fabrication de la batterie Tesla revient à rouler 100 000 kilomètres en petite voiture. Est-ce exact ? (Philippe Bellengé, Houtem)

Joost Kaesemans: Il est vrai que la production d’une voiture électrique entraîne des coûts pour l’environnement, tout comme l’utilisation et le recyclage. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’il faut jeter l’enfant avec l’eau du bain. En roulant, les voitures électriques n’émettent pas de gaz d’échappement, ce qui en zone urbaine présente certainement un grand avantage. En outre, une telle batterie dure beaucoup plus longtemps que 100 000 kilomètres et ensuite on peut continuer à l’utiliser dans l’industrie. En outre, les voitures électriques nous rendent moins dépendants de l’énergie fossile. Il y a donc beaucoup d’avantages. Et la production et le recyclage des batteries sont en plein développement, ce qui diminuera encore l’impact sur l’environnement à l’avenir.

Ne pensez-vous pas que c’est la voiture à hydrogène qui l’emportera ? Elle est tout de même beaucoup plus verte que la voiture purement électrique ? (Karel Vandeweghe, Oostende)

L’hydrogène est en effet une piste pour l’avenir. L’hydrogène ne se trouve pas dans la nature, il faut le fabriquer. Cependant, c’est une bonne façon de stocker les excédents d’énergie verte : on peut les transformer en hydrogène pour les utiliser ensuite. On vend déjà des voitures à hydrogène, mais le consommateur ordinaire ne peut encore faire le plein d’hydrogène, ce qui fait que le succès commercial se fait attendre.

Je cherche une petite camionnette, avec laquelle je vais rouler dix ans, 15 000 kilomètres par an en moyenne. Quelle est la meilleure option? (Francis Vermuyten, Mechelen)

Il me semble qu’une voiture au gaz naturel soit une bonne idée pour vous. Le gaz naturel est bon marché à la pompe, un moteur à gaz naturel émet très peu de particules fines et est économe (et a donc une faible émission en CO2). Cependant, l’offre est encore limitée, tout comme le réseau de stations-service et certainement en Wallonie. Si cela vous fait peur, une voiture à essence me paraît l’option la plus indiquée. Le diesel est plutôt pour les personnes qui roulent beaucoup plus. Mais si vous faites surtout des distances courtes ou des livraisons en ville, n’hésitez pas à étudier l’offre de camionnettes électriques. Elle est encore assez limitée, mais le prix de l’énergie par kilomètre est beaucoup plus bas.

N’est-il pas grand temps que les fabricants de voitures envisagent de recourir aux voitures volantes? Et pourquoi ne pas prévoir plusieurs bandes de circulation pour le transport de marchandises, l’atterrissage de voitures volantes, les cyclistes, les mobylettes, etc. ? (Nelly Claeys, Knokke-Heist)

Il y a déjà des prototypes de voitures volantes. Mais il ne faut pas s’imaginer que l’espace aérien est illimité et que tout le monde pourra voler où il veut. En outre, la question de l’écologie joue également un rôle : quelle énergie et en quelle quantité faudra-t-il pour ces véhicules volants ? Mais je suis absolument d’accord qu’il faut une infrastructure routière plus solide, avec de bonnes facilités pour tous les types d’usagers de la route et une transition facile du transport individuel au collectif et inversement. C’est là que le bât blesse en Belgique.

Notre gouvernement planifie la sortie nucléaire pour 2025. Si d’ici là, un tiers des voitures roulent à l’électricité, où prendra-t-on l’électricité pour les charger ?

Il n’y aura effectivement pas de révolution électrique au niveau de la conduite automobile si nous ne sommes pas certains d’un approvisionnement en électricité solide et payable qui fonctionne un maximum avec du courant vert. Mais il y a beaucoup de nouvelles opportunités. Les soirées d’hiver, quand la demande de courant est grande, il y a moyen d’utiliser la batterie de sa voiture électrique pour pourvoir sa maison de courant. Pensez également à ceci : les éoliennes tournent la nuit aussi, quand la demande de courant est faible. Plutôt que de perdre ce courant, on peut parfaitement le stocker dans les accus de voitures électriques.

Partner Content