Arrêter de fumer par conviction politique: une bonne méthode? © GETTY IMAGES

Le tabagisme est-il une métaphore du capitalisme ?

Gérald Papy
Gérald Papy Rédacteur en chef adjoint du Vif/L'Express
L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Le tabagisme est une métaphore du capitalisme: production déconnectée des besoins humains, manipulations des consommateurs grâce à l’utilisation des moyens de communication modernes, recherche de profit et d’accumulation de capital comme principal et unique objectif, puissance financière permettant une influence médiatique, scientifique et politique qui met en danger la démocratie.» Ce réquisitoire énoncé, Olivier Milleron, cardiologue à l’hôpital Bichat, à Paris, «ayant fréquenté nombre de groupes, collectifs, syndicats de gauche, et aussi beaucoup fumé», s’étonne de n’avoir jamais entendu dans ces cercles «ni d’appel au boycott des entreprises qui vendent du tabac ni de débat sur la nécessité d’arrêter de fumer pour des raisons politiques (et non médicales)». Il a donc décidé de secouer les consciences en expliquant Pourquoi fumer, c’est de droite (1), le titre de son essai.

(1) Pourquoi fumer, c’est de droite, par Olivier Milleron, Textuel, 160 p.
(1) Pourquoi fumer, c’est de droite, par Olivier Milleron, Textuel, 160 p. © National

A l’appui de son argumentaire, l’auteur retrace l’histoire de l’industrie du tabac née avec la colonisation du Nouveau Monde, rentabilisée par l’esclavage et dopée par des publicités qui, en Europe, vantaient son «caractère thérapeutique». A l’époque contemporaine, c’est la «stratégie du doute» sur sa nocivité, instillée par des scientifiques financés par les majors du secteur, qui «a fait gagner quarante ans [aux vendeurs de cigarettes] avant d’être obligés de reconnaître publiquement la dangerosité du tabac».

Soulignant encore le travail des enfants auquel recourent les sociétés du secteur et «l’impact environnemental important» provoqué par le fumeur, l’auteur en conclut que «l’industrie du tabac collectionne tous les pires travers du capitalisme mondialisé». De quoi faire réfléchir les fumeurs, sympathisants de gauche comme de droite.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content