Au moment où le changement climatique nous pousse à redéfinir nos priorités, le Sikkim invite à repenser la relation entre l’humain et l’environnement pour l’axer sur l’interconnexion plutôt que sur la compétition. © Matilde Gattoni

Au coeur de l’Himalaya : le Sikkim, un État 100% bio

Le Vif

En 2016, le Sikkim est devenu le premier Etat «100% biologique» au monde, avec pour objectif de préserver son environnement, son écosystème fragile et sa riche biodiversité mais aussi d’offrir une meilleure qualité de vie à ses habitants.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Dès 2003, le Sikkim a progressivement éliminé les engrais chimiques et les pesticides et formé les cultivateurs à l’agriculture biologique. Aujourd’hui, l’ensemble des 76 000 hectares de terres agricoles de cet Etat du nord-est de l’Inde est certifié bio, et tant l’importation que l’utilisation d’intrants chimiques y sont strictement interdites.

Parmi les premiers effets de cette révolution écologique, les autorités locales pointent l’accroissement de la faune – en particulier des abeilles – et le renouvellement des sols. Une recherche récente de l’université du Sikkim a aussi révélé un décuplement des espèces de papillons dans les zones cultivées, prouvant s’il le fallait qu’agriculture et biodiversité peuvent être bénéfiques l’une à l’autre.

Le changement de paradigme a également permis de développer l’industrie du tourisme. Les visiteurs peuvent loger chez l’habitant et se faire une idée de ce qu’est la vie rurale authentique. Les journées se déroulent entre la récolte du riz et l’exploration des forêts, où se nichent des cascades. Le soir, les familles se réunissent autour du feu pour partager avec leurs invités leurs expériences et des repas succulents, ramenant les hôtes à une époque révolue où les fruits et légumes constituaient un lien qui fait sens entre l’homme et la planète. Les savourer est un moment unique qui vaudrait à lui seul le long voyage dans cet ancien royaume himalayen encore régi par le rythme immuable de la nature.

1/6

2/6

3/6

4/6

5/6

6/6

1/6

2/6

3/6

4/6

5/6

6/6

Écrit par Matteo Fagottol.

Partner Content