Opinion

Nicolas De Decker

La certaine idée de Nicolas De Decker: Seigneur Bouchez et le Saint Nucléaire (chronique)

Nicolas De Decker Journaliste au Vif

En 2018, le président du MR Georges-Louis Bouchez était en faveur de la sortie du nucléaire. Aujourd’hui, il se bat pour la prolongation des réacteurs. Mais, chut, ne faites pas remarquer à sa sainteté son inerrance…

Il est parfait, et donc Il a raison.

Longtemps les clercs de toutes religions protégeaient leur foi, et surtout celle du peuple, par l’imparable argument de l’inerrance. Celui-ci, postulant la perfection absolue du message sacré tel que reçu de Dieu et compilé par Ses scripteurs originaux, se concevait assez simplement: à partir du moment où le texte d’origine était parfait, le lecteur ne pouvait en trouver certaines parties contradictoires, ou peu crédibles en soi, que s’il était de mauvaise foi, ou bête, ou s’il était confronté à une version truquée par des faussaires. Ce qui fait que beaucoup n’y comprenant rien et s’en sentant coupables, n’osaient rien en dire.

La science lentement triomphante a presque eu raison de ce dogme stupide. La méthode historico-critique allemande, à coups de mille controverses dont certaines ne sont toujours pas soldées, a permis de deviner l’intention du scripteur, à défaut d’identifier la pensée de Dieu. Ce progrès dans la connaissance théologique, bien sûr, avait quelque chose d’un blasphème méthodologique. La Parole n’étant plus assez sacrée pour ne pas être analysée, elle n’était plus assez parfaite pour que la contredire fût stupide ou illicite.

Mais il avait fallu un bon quinze cents ans pour sortir de l’inerrance.

Peut-être comptera-t-on aussi quinze siècles avant que les saints Dires d’un lumineux prophète barbu d’aujourd’hui, dont la parole est parfaite partout et toujours, et dont, conséquemment, les contradicteurs ne sont que de dangereux philistins, ne délivrent leurs authentiques et éternelles vérités.

Ce lumineux prophète barbu distillait un peu de sa pensée parfaite en novembre 2018, consignant un rageur verset, « on est donc d’accord que ce n’est pas grâce à Ecolo la sortie du nucléaire et le fait que les carburants polluants soient plus taxés? », pour dire que les taxes élevées sur les carburants et la sortie du nucléaire étaient du fait de Sa sainte Action et pas celle des pharisiens haineux qui s’y opposaient.

Et puis, « moi, je ne serais pas sorti du nucléaire mais à l’époque j’étais encore à l’école… Il avait été dit de manière dogmatique qu’il fallait sortir du nucléaire. Mais on n’a pas investi suffisamment et, aujourd’hui, nos centrales sont en bout de vie. Sur la date de 2025, nous ne sommes pas dans le meilleur schéma pour y arriver, c’est vrai, mais il faut se tenir à ce calendrier: ne pas le faire déstabiliserait à nouveau le marché, les investisseurs », répondait-Il encore, dans un verset suivant de Ses Actes, daté lui de novembre 2019, le lumineux prophète barbu à un hideux sadducéen qui lui contestait la présidence de son Très saint Parti.

Alors, si des exégètes frelatés qui l’ont entendu proclamer à la VRT, le 19 mars 2022, que « comme je l’ai indiqué, nous avons toujours été en faveur du maintien nucléaire » contestent Ses très saintes Indications, les trouvent illogiques ou les estiment fausses, qu’ils aient au moins la décence de patienter quinze siècles avant de l’exprimer.

Le peuple crédule et craintif, lui, s’accommodera bien de cette longue inerrance, suivant le bleu bâton du lumineux prophète barbu.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content