Chronique

Laurane Wattecamps

Les secrets des parents qui parviennent à rester amants (chronique)

Tout le monde y pense, (quasi) personne n’en parle: la sexualité reste souvent cantonnée à la sphère intime et est rarement analysée comme un phénomène de société. Pourtant, sous la couette, les couples sont confrontés aux mêmes problèmes, stéréotypes, attentes. Cet été, la sexologue et journaliste Laurane Wattecamps les décrypte pour Le Vif.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Qui sont ces couples qui parviennent à avoir une vie sexuelle épanouissante tout en étant parents? Quels sont leurs secrets? Prendre la mesure du bouleversement qu’implique l’arrivée d’un enfant, c’est comprendre à quel point cette faculté de se réinventer dans l’intimité relève de l’exploit. Lors d’une enquête menée par le site parentepuise.com auprès de plus de dix mille parents en 2021, 61% des répondants jugeaient leur vie sexuelle peu épanouissante, voire pas du tout. Le premier facteur cité affectant leur désir est, sans surprise, les enfants, suivi du manque d’intimité et des conflits entre les partenaires.

Accueillir un petit être dont on ignore tout dans un «système couple» bouscule les priorités. Du jour au lendemain, sa survie et son épanouissement incombent aux parents, et avec eux les responsabilités que cela représente. La charge mentale de la parentalité s’ajoute aux autres rôles déjà joués au quotidien: conjoint, travail, vie sociale, etc. Tant de casquettes différentes sur la tête que ça en fait courber l’échine. Alors, celle de partenaire érotique semble la plus évidente à mettre au placard. Car si dormir et se nourrir sont des besoins primaires, la sexualité n’en est pas un. Les rapports pénétratifs étant déconseillés pendant une période variable après la naissance d’un bébé, il n’est pas rare d’observer des couples peiner à retrouver leur sexualité d’antan après cette période. La pression est grande mais la quête semble veine, puisque rien n’est plus pareil.

Tant de casquettes différentes sur la tête, ça fait courber l’échine. Alors celle de partenaire érotique semble la plus évidente à mettre au placard.

Une étude publiée dans l’Indian Journal of Community Medicine a mis en avant les conséquences majeures d’un accouchement sur la sexualité: une diminution de la libido, une insatisfaction sexuelle et une perte de sensibilité en cas d’accouchement par voie basse ou une sécheresse vaginale en cas de césarienne. On observe également en consultation sexologique que les problèmes sexuels se révèlent souvent après la naissance, celle-ci faisant office de catalyseur. La sexualité post-partum amène un lot de facteurs influençant la libido – fatigue, stress, changements hormonaux et corporels, douleurs… – auxquels s’ajoutent d’éventuels traumatismes susceptibles de refaire surface.

Pour les nouveaux parents, il peut aussi être difficile de concilier l’image de mère et d’amante de leur partenaire. Une vision qui porte un nom: le complexe de la madone et de la putain. Autrement dit, des mécanismes inconscients poussent à voir en une maman un modèle, une sainte, qu’on ne peut pas toucher. Une femme peut être soit un être érotisé, libéré sexuellement, soit un «être pur», respectable, mais pas les deux. Avoir une relation à long terme avec une mère qui fait aussi figure d’icône érotique est inconcevable, troublant, gênant. L’ allaitement peut exacerber ce syndrome: comment toucher ce sein qui a nourri un petit être innocent?

Tous ces éléments ont beau n’illustrer que partiellement la complexité du désir et de son expression, ils amènent déjà à réaliser que réinvestir sa vie sexuelle n’ est pas une mince affaire. Malgré tout, devenir papa ou maman ne signifie pas renoncer à sa sexualité ad vitam. Un sondage réalisé par channelmum.com et relayé par le Daily Mail indique que plus de la moitié des participants estiment que leur vie sexuelle est plus épanouie depuis l’arrivée de leur progéniture. En cause, une attention posée davantage sur la qualité que la quantité. Les partenaires préfèrent envisager des relations sexuelles dans un contexte propice, en ayant du temps devant eux, une disponibilité émotionnelle et physique ainsi qu’un désir manifeste. Et cela au lieu de répéter fréquemment des rapports peu satisfaisants. Le secret des couples épanouis réside certainement dans cette volonté d’accueillir les changements et de s’en accommoder. Au lieu de tenter de retrouver une sexualité passée, ils se réinventent et donnent au sexe une autre place dans leur vie.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content