Veronesi Après le Chaos…

La nouvelle star des lettres italiennes signe l’histoire d’un quadra qui part en vrille. Adapté à l’écran avec Nanni Moretti, le film a fait scandale. Explications.

Adapté à l’écran avec Nanni Moretti, le film a fait scandale. Explications.

A en juger par votre nom, vous êtes originaire de Véroneà

Non, je suis de Prato, une ville proche de Florence, qui vivait de l’industrie textile et s’est reconvertie dans le tourisme. Après des études d’architecture, je l’ai quittée pour faire l’écrivain à Rome. J’ai eu la chance d’être aidé matériellement par le romancier Vincenzo Cerami. Il m’a prêté l’appartement de Pier Paolo Pasolini, resté en l’état depuis sa mort. J’ai vécu ainsi dans un véritable musée Pasolini, au milieu des livres dédicacés par la Callas ou par Sartre : je ne dormais plus ! On m’a confié la rédaction du magazine Nuovi Argo- menti, fondé par Moravia, ce qui me donnait l’occasion de m’entretenir chaque jour avec lui par téléphone.

En 2000, vous avez remporté les prix Viareggio et Campiello pour votre roman La Force du passéà

Oui, deux prix prestigieux, mais sans impact sur les ventes. Contrairement au prix Strega, l’équivalent du Goncourt, que j’ai reçu en 2006 pour Chaos calme.

Est-ce ce succès qui a décidé Nanni Moretti à en incarner le héros?

Non. Nanni est un ami et un partenaire de tennis. Je lui avais envoyé le livre mais, comme un autre producteur avait déjà acheté les droits, je n’avais pas imaginé qu’il serait intéressé. Sur son seul nom, trois acteurs français ont accepté de jouer dans le film : Charles Berling, Denis Podalydès et Hippolyte Girardot.

Avez-vous pris part à l’adaptation ?

Non, j’ai suivi le conseil que m’avait donné Moravia :  » Laisse les autres te trahir !  » Au demeurant, j’ai trouvé très fidèle le travail du scénariste, qui a su donner un équivalent cinématographique à cette montagne de mots.

Le film a fait scandale à cause d’une scène de sodomieà

Oui. Ce n’est pas le Vatican qui s’est insurgé, mais un prêtre critique de cinéma, qui a écrit que les acteurs jouant de telles scènes devraient avoir droit à l’objection de conscience ! Cette scène nullement gratuite a d’autant plus choqué que Nanni Moretti a une image d’intellectuel responsable, de père de famille. Les journalistes ont même dérangé sa mère, octogénaire, qui leur a répondu :  » A 53 ans, mon fils est un grand garçon ! « 

C’est l’histoire d’un homme qui, après la mort de sa femme, s’installe à demeure devant l’école de sa fille : autobiographique ?

Non. Il ne s’agit que d’un fantasme de liberté. C’est un livre non sur la mort, mais sur le fait de rester immobile à un point du monde.

Votre style de narration semble plus américain qu’italienà

S’il y a une ressemblance, c’est effectivement avec Richard Ford ou Russell Banks, plus qu’avec Moravia ou Calvino. J’aime leur manière de prendre en charge la totalité du monde. J’adore Beckett, mais, pour traiter comme lui d’un tout petit univers, il faut être un génie. Et puis je n’écris pas en américain, mais dans une langue qui reste celle de Dante, de Leopardi et de Calvino.

Chaos calme, par Sandro Veronesi. Trad. de l’italien par Dominique Vittoz. Grasset, 505 p.

Propos recueillis par François Dufay

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content