Tapis rouge

Le Vif
Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Ces dernières semaines, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) a rencontré plusieurs dirigeants occidentaux. Il n’en fallait pas plus pour voir réagir une série de personnes et d’associations, mettant en avant l’assasinat de Jamal Khashoggi. Ces rencontres m’inspirent ce commentaire. Il conviendrait d’élargir le registre du passif à charge de MBS et de l’oligarchie richissime qui dirige le pays: dictature politique et religieuse, impitoyable pour tout qui s’éloigne du chemin imposé, prosélytisme du fondamentalisme sunnite/wahhabite dans le monde, guerre au Yémen, perpétuation de l’esprit d’esclavagisme par l’exploitation de millions de travailleurs immigrés sur le sol du pays. Sachant cela, posons-nous la question de savoir si nous pouvons éviter de recevoir MBS? Non, certainement pas dans le contexte de la guerre de la Russie contre l’Ukraine et de ses conséquences énergétiques et alimentaires graves pour l’ensemble des pays de la planète. Mais OUI, nous pourrions, collectivement, faire en sorte que recevoir un tel dictateur ne soit plus indispensable. Parce qu’il est absurde de pointer du doigt Biden ou Macron ou quiconque, alors que la faute est ancienne et collective. Oui, chaque habitant de Belgique a le pouvoir de réduire sa consommation d’énergie. Oui, chaque représentant politique a eu/ a/aura la possibilité d’influencer les choix collectifs. Que ce soit pour des raisons écologiques, économiques ou politiques, nous nous devons de mieux gérer l’énergie que nous consommons et produisons. Depuis des années, des personnalités, scientifiques principalement, ont suffisamment alerté l’opinion publique et le monde politique sur la nécessité d’économiser l’énergie et de préparer le futur. Pourtant, il n’y encore que très peu d’avancées concrètes. […] Dès lors, recevoir ou ne pas recevoir Mohammed ben Salmane ne devrait pas être seulement de la responsabilité de nos représentants élus mais aussi de notre responsabilité collective et de la conséquence de nos actions concrètes pour réduire notre dépendance.

Partner Content