La Meute, à Bruxelles, se focalise sur le steak-frites. © SDP

Spécialise-toi ou crève

S’il est bien une tendance qui marque durablement la restauration actuelle, c’est celle de l’hyperspécialisation. L’engouement pour la gastronomie et les attentes de plus en plus pointues des consommateurs poussent, chaque jour davantage, chefs et restaurateurs à éviter de se disperser. Exit les cartes à rallonge, l’heure est désormais au minimalisme concentré. Regroupées sous l’informelle bannière  » les nouveaux monomaniaques « , les initiatives en ce sens se multiplient sans cesse. Après les burgers, bagels, hot-dogs et autres concepts autour de la brochette ou du chou à la crème, 2017 a fait place à de flamboyantes illustrations de cette mouvance. Dans le genre, La Pouletterie, à Bruxelles, témoigne d’une belle cohérence. Le scénario ? Un  » fast good  » – comprendre une restauration rapide de bonne qualité – 100 % poulet, faisant le lien entre une clientèle urbaine et un producteur de volailles, à Lustin, qui fournit les tables étoilées. On pense également à La Meute, une enseigne qui s’est centrée sur une formule : le steak-sauce maison-frites-coleslaw à 20 euros et (quasi) rien d’autre. Attention, cette  » monovision  » peut parfois s’élargir, comme à La Manufacture urbaine (Charleroi), où les  » essentiels  » – le café, la bière et le pain – sont torréfiés, brassés, travaillés sur place. Exemplaire.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content