Sobriété et habitat

Je trouve beaucoup à redire sur cet article consacré à la sobriété (Le Vif du 5 mai), surtout à propos de la part d’ingérence des autorités dans nos choix qu’il prône, mais je me centrerai sur le lave-linge. Je ne vois pas en quoi des appareils électroménagers collectifs supposeraient une économie: ils seraient utilisés plusieurs heures par jour et il faudrait les remplacer plus souvent. Puis ce qui est à tous n’est à personne: certains ne seraient pas très soucieux dans leur usage. De ce fait, des appareils de moindre qualité seraient placés au sous-sol. On perdrait notre liberté dans l’emploi du temps. Une de mes connaissances a vécu en Suède et a lavé son linge au sous-sol. Il fallait réserver son temps de lavage avec assez d’avance et dédier toute une longue soirée pour le laver et le sécher. Comme d’habitude ces derniers temps, la faute à l’individu: à lui de faire l’effort, à lui de culpabiliser. Mais c’est aux autorités que revient la responsabilité d’obliger les fabricants à concevoir des électroménagers plus durables et moins énergivores. On a fait quelques progrès avec le lavage plus long qui permet d’étaler la demande d’énergie, mais la durée des appareils laisse à désirer. […] Si on s’attaquait à l’obsolescence programmée plutôt qu’au confort des individus, que je souhaite de plus en plus répandu?

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content