SERVICE COMPRIS

Discriminations : travailleurs protégés

La loi visant à lutter contre les discriminations a été votée le 17 octobre 2002 à la Chambre et le 12 décembre 2002 au Sénat. L’objectif de cette loi est de mettre un terme aux discriminations liées au sexe ou à l’orientation sexuelle, à la soi-disant race, à la couleur, l’origine nationale ou ethnique, à l’état civil, l’âge, l’état de santé, les caractères physiques, les convictions philosophiques ou religieuses… La loi définit le champ que recouvre la notion de discrimination, directe ou indirecte. Elle prévoit aussi des sanctions au civil et au pénal pour les auteurs des discriminations.

Très concrètement, dans le cadre des relations professionnelles, les travailleurs victimes de discriminations peuvent désormais bénéficier d’une protection face à leur employeur. Si un travailleur a introduit une plainte motivée, si une enquête de l’inspection des lois sociales est ouverte ou si une procédure judiciaire est engagée pour un motif de discrimination concernant les chances de promotion ou les conditions de travail (y compris de licenciement) auprès de l’entreprise ou auprès de l’inspection des lois sociales, son employeur ne peut mettre fin à la relation de travail, sauf pour des motifs étrangers à cette plainte ou à cette procédure. Dans ce cas, c’est à l’employeur de justifier sa décision.

Rens.: toutes les dispositions de la loi sont détaillées dans la brochure « Oui aux différences » réalisée par le gouvernement fédéral. Elle est disponible au Centre pour l’égalité des chances. Celui-ci est désigné officiellement comme l’organisme apte à intervenir dans la lutte contre les discriminations. Centre pour l’égalité des chances. Tél. : 0800 -14 192 et 02-233 06 11. E-mail : centre@antiracisme.be

Santé

Vaccination expérimentale des prématurés

Le 23 décembre dernier, le Comité de l’assurance de l’Inami a donné son feu vert pour une expérience de vaccination gratuite des enfants nés prématurément contre certaines infections virales des voies respiratoires. Le traitement, extrêmement coûteux, s’élève à 2 800 euros par an. En effet, il ne s’agit pas d’un vaccin au sens propre du terme : l’injection doit être répétée chaque mois durant la période pendant laquelle le virus est actif. Le budget nécessaire à l’expérience pilote a été dégagé par le ministre des Affaires sociales. Grâce à ce remboursement expérimental, le traitement dans un service hospitalier spécialisé (l’un des 19 services hospitaliers spécialisés en néonatologie intensive) est entièrement gratuit. Les parents ne doivent payer que le ticket modérateur des consultations chez le médecin traitant et (obligatoirement à 1 an et 2 ans) chez le pédiatre. Cette expérience durera trois ans, période au terme de laquelle son efficacité sera évaluée.

Rens. : ministère des Affaires sociales, 62, rue de la Loi, à 1040 Bruxelles. Tél. : 02-238 28 11. Fax : 02-230 38 95. Site Web : www.minsoc@fgov.be

Boire un petit coup…

L’alcool , n° 1 au hit-parade des produits d’agrément dans le monde occidental, est devenu une institution sociale. Comme beaucoup de produits d’agréments, il provoque un sentiment d’accoutumance, mais il provoque aussi des effets secondaires néfastes. L’alcool est donc une drogue, légale certes, mais une drogue quand même. En Belgique, on dénombre près de 500 000 alcooliques dans toutes les couches de la population. Ils ont besoin d’alcool chaque jour, en grande quantité (alors que l’on ne devrait pas dépasser 1 à 2 verres par jour avec des périodes complètement sans alccol) et n’en retirent plus de plaisir. Mais leur foie trinque puisque c’est l’organe chargé d’éliminer ce type de substance en purifiant le sang. Les conséquences sont lourdes au travail, au volant, mais également en matière sexuelle et, pour les femmes, en cas de grossesse.

Différentes associations peuvent aider les alcooliques et leurs proches : le Pélican : 02-502 08 61 ; les Alcooliques anonymes : 02-511 40 30 ; les groupes familiaux Al -Anon : 02-216 09 08). Pour en savoir plus : www.alcoolinfo.com ; www.atoidejuger.com (pour les jeunes) ; www.hc-sc.gc.ca ; www.educalcool.qc.ca

Rens. : la brochure « A votre santé ! » est disponible aux Mutualités libres 19, rue Saint-Hubert, à 1150 Bruxelles. Tél. : 02 -778 92 11. Fax : 02-778 94 04. E-mail : ies@mloz.be

Des collations saines

Glisser une collation saine dans le cartable des enfants représente un casse-tête pour de nombreux parents. Bien des familles – et bien des enseignants – considéreront donc comme une véritable aubaine une brochure pratique qui donne des recettes et des conseils concrets pour manger sain en produisant peu de déchets ! Cette brochure existe. Elle a été réalisée par l’IBGE (Institut bruxellois pour la gestion de l’environnement), le Centre régional d’initiation à l’écologie et l’ASBL Tournesol-Zonnebloem dans le prolongement d’une expérience pilote, menée dans trois écoles de la Région bruxelloise, sur les collations collectives.

Rens. : ASBL Tournesol. Tél. : 02 -675 37 30. E-mail : tournesol@skynet.be Site Web : http://www.ful.ac.be/hotes/tournesol

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content