Chuck Berry : avec Fats Domino, l'une des légendes disparues en 2017. © sDP

riff de fin

Bien sûr, Johnny est mort. Mais avant lui, ce sont deux pionniers de la musique qu’il a tant vénérée qui ont rejoint Elvis. Caractère fantasque, Chuck Berry est mort le 18 mars, à l’âge de 90 ans. Il est évidemment l’auteur de quelques-uns des plus grands classiques du rock’n’roll, de Roll Over Beethoven à Johnny B. Goode en passant par You Never Can Tell. Véritable showman (sa fameuse  » duck dance « ), il a commencé sa carrière relativement tard : il est quasi trentenaire quand sort son premier 45 tours Maybellene. C’est sans doute ce décalage qui lui a permis de donner à la poésie rock ses premières lettres de noblesse, réussissant à décrire en quelques mots ce qui était bien plus qu’une musique : la bande-son de la jeunesse.

L’autre icône disparue cette année est évidemment Fats Domino. Ain’t That a Shame, Blueberry Hill, Lawdy Miss Clawdy… Ce ne sont que quelques-uns des hits, boostés au boogie-woogie, que le pianiste a réussi à glisser dans l’imaginaire collectif.  » Le vrai roi du rock’n’roll, c’est lui « , avait précisé Elvis. Sourire immuable, il n’a jamais quitté La Nouvelle-Orléans, même quand sa maison fut engloutie par l’ouragan Katrina. C’est encore là qu’il est décédé, le 24 octobre, à l’âge de 89 ans.

Aux dernières nouvelles, Jerry Lee Lewis (82 ans) et Little Richard (85 ans) pètent toujours la forme…

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content