Le Père Fouettard, une connotation raciste qui se discute. © ivan put/id photo agency

Pauvre Père Fouettard !

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

 » Le Père Fouettard couvert de suie est un déni de la discrimination raciale à l’oeuvre « , lit-on dans vos colonnes ( Le Vif/L’Express du 28 novembre). Et l’on apprend sur votre site qu’il est remplacé auprès du bon Nicolas par saint Maurice, martyr égyptien noir… Certains intellectuels avertis semblent ignorer que le Père Fouettard accompagne saint Nicolas (évêque de Myre, en Anatolie, actuelle Turquie) depuis 1552. La ville lorraine de Metz, à cette époque, est envahie par les troupes de Charles Quint. Les habitants de la cité créent alors, pour figurer le tyran, un personnage antipathique et grotesque, habillé de noir, le fouet à la main et menaçant. Il est vrai que, très rapidement, son rôle est de punir ou d’effrayer les enfants désobéissants, paresseux et menteurs […]. Pour notre part, il y a des dizaines d’années que nous célébrons la sympathique fête de Saint-Nicolas, entrée depuis longtemps dans le folklore de nos régions. Dans notre enfance, jamais le personnage de Père Fouettard ne nous a été présenté avec une connotation raciste. Longtemps, nous avons vu la joie de nos élèves, de toutes origines et de cultures diverses, lorsque saint Nicolas et Père Fouettard faisaient leur joyeuse tournée dans les classes pour distribuer des friandises. Pourquoi créer des rancoeurs qui divisent plutôt que de célébrer ce qui rassemble ?

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content