Panama Papers : faire durer le plaisir

Pour les recommandations de la commission Panama Papers, la majorité ne compte faire que peu de concessions à l’opposition, qui a déposé une centaine d’amendements au texte adopté, début septembre dernier, par les quatre partis au pouvoir. La première séance dédiée à la discussion de ces amendements a tourné court, le lundi 16 octobre, vu le manque de députés de la majorité à la commission. Bref, à peine un quart des amendements ont été examinés. Deux ou trois timides avancées ont été obtenues, dont celle d’interdire toute relation commerciale avec un paradis fiscal si l’on ne peut prouver une activité économique réelle, ce qui permet de lutter contre l’évasion fiscale via des structures juridiques à l’étranger. Pas de rôle accru néanmoins pour la Banque nationale de Belgique en matière de détection de dysfonctionnements au sein des banques (comme pour le scandale Optima). Suite au prochain round…

Th. D.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content