Nos conseils pour payer moins d’impôts

Réductions, exonérations, diminutions d’impôts… Faites de petites ou de grandes économies grâce aux conseils du Vif/L’Express.

Conseil n° 1 Choisissez vous-même l’habitation que vous exonérez de l’impôt des personnes physiques

Vous êtes propriétaire de plusieurs maisons (ou appartements) que vous habitez vous-même (donc que vous ne donnez pas en location) ? Alors vous pouvez choisir laquelle de ces habitations vous considérez comme ce qu’on appelle l’habitation propre. L’habitation propre est en effet exonérée d’impôt des personnes physiques.

Imaginons que votre résidence secondaire soit frappée d’un revenu cadastral largement plus élevé que celui de votre habitation de tous les jours, vous avez dans ce cas tout intérêt à déclarer votre résidence secondaire comme votre habitation propre, et la maison familiale, comme votre seconde résidence. Vous déclarez alors le revenu cadastral (non indexé) de votre maison familiale sous les codes 1106 et 2106 du cadre III de la déclaration. De cette manière, seule l’habitation au revenu cadastral le plus bas sera imposée.

Cette man£uvre est également possible si vous avez une résidence secondaire à l’étranger. Ainsi, vous pouvez par exemple exonérer votre seconde résidence en France en tant qu’habitation propre parce que celle-ci se caractérise par un revenu cadastral beaucoup plus important que votre maison en Belgique.

Conseil n° 2 Vos parents peuvent être fiscalement à charge

Les personnes fiscalement à votre charge entraînent une baisse considérable de vos impôts : ce qu’on appelle le minimum exonéré d’impôts est revu à la hausse en cas de personnes à charge. Chacun sait que les enfants mineurs sans revenus propres font partie de cette catégorie. Vous pouvez les déclarer au cadre II de la déclaration, sous le code 1030. Les enfants qui ont travaillé pendant les vacances en 2007 demeurent fiscalement à charge si leurs revenus n’ont pas dépassé une certaine limite. Pour l’année de revenus 2007, le montant brut de ces revenus ne peut être supérieur à 5 535 euros.

Peu de contribuables sont conscients, par contre, que leurs parents qui habitent sous leur toit peuvent aussi être fiscalement à charge (code 1043), à condition qu’ils soient âgés de plus de 65 ans et que leur pension soit inférieure à 24 725 euros. A noter que vous pouvez aussi prendre vos parents à charge si vous-même habitez encore chez eux.

Conseil n° 3 Déduisez les frais d’un bureau à domicile

Nombreux sont ceux qui pensent à tort que prouver ses frais professionnels réels est réservé aux indépendants. Rien n’est moins vrai ! En tant que salarié, vous avez aussi intérêt à prouver vos frais professionnels réels. La condition de base est que le total de vos frais professionnels dépasse les frais professionnels forfaitaires auxquels vous avez droit, quoi qu’il en soit.

En tant qu’employé, vous pouvez prouver vos frais réels en complétant les codes 1258/2258. Il importe de calculer avant toute chose votre forfait de frais professionnels. A cette fin, vous pouvez vous servir du logiciel gratuit disponible sur Internet (voir l’encadrépage 108 ).

Il est intéressant de savoir que vous avez la possibilité de déduire les frais que vous consentez parce que vous utilisez une partie de votre habitation à des fins professionnelles (en travaillant régulièrement à domicile, par exemple).

Vous êtes en droit de déduire cette partie de votre habitation (vous déduisez pendant 33 ans une partie de votre habitation), tout comme les frais qui y sont liés : entretien, précompte mobilier, intérêts d’un emprunt… Dans le même ordre d’idée, pensez aussi aux coûts de votre ordinateur et de l’aménagement de votre bureau.

Conseil n° 4 Déduisez votre cotisation de responsabilité financière

Ce qu’on appelle la cotisation personnelle pour couvrir la responsabilité financière des mutuelles est déductible au titre de frais professionnels réels au-delà du forfait. Pour un salarié, il suffit d’indiquer cette contribution sous les codes 1257/2257 du cadre IV de la déclaration ( » cotisations sociales personnelles non retenues « ).

Nul besoin de joindre une preuve de paiement à votre déclaration. Les mutuelles informent en effet le fisc du versement de cette cotisation. La liste des montants déductibles dépend de la mutuelle à laquelle vous êtes affilié. Les montants sont assurément différents pour les indépendants.

Conseil n° 5 Faites des investissements pour économiser l’énergie

Depuis 2003 déjà, l’administration fiscale vous octroie une réduction d’impôts pour les investissements visant à réaliser des économies d’énergie. Mentionnons le placement de double vitrage, l’isolation du toit, le remplacement ou l’entretien de la chaudière et l’installation de panneaux solaires. Non seulement les propriétaires, mais aussi les locataires peuvent en bénéficier. Dans la pratique, en ce qui concerne ces derniers, il s’agit souvent des dépenses liées à l’entretien de la chaudière. La plupart des contrats de bail stipulent en effet que le locataire est responsable de cette tâche. La réduction d’impôts se monte à 40 % et est plafonnée pour l’année de revenus 2007 à 2 600 euros par an et par habitation.

S’il est question de l’installation de panneaux solaires, ce montant maximum est revu à la hausse à 3 380 euros. Faites attention, il faut que vous calculiez la réduction vous-même. Déclarez-la ensuite sous les codes 1363 et/ou 2363 pour les propriétaires et sous le code 1369 pour les locataires.

Prenons un exemple : vous avez fait poser du double vitrage en 2007 dans la maison familiale que vous avez achetée ensemble. La facture s’élève à 9 000 euros. Votre réduction d’impôts est donc de 9 000 euros x 40 % = 3 600 euros, limitée à un maximum de 2 600 euros. Sur votre déclaration, vous indiquez dès lors la moitié de cette somme, soit 1 300 euros, sous le code 1363 et l’autre moitié, sous le code 2363. Afin de contourner cette limitation, il est conseillé d’étaler le paiement de la facture sur deux années.

Imaginons que vous receviez une facture de 4 500 euros en 2007 et une autre de la même somme en 2008, dans ce cas, vous avez droit pour 2007 à une réduction de 1 800 euros (4 500 euros x 40 %) et à une déduction identique en 2008. Au total, vous récupérez ainsi 3 600 euros (au lieu de 2 600 euros).

Conseil n° 6 Epargnez des impôts avec effet rétroactif

Il n’est pas encore trop tard pour faire des économies sur les impôts relatifs à l’année passée (année de revenus 2007). Jusqu’au 30 juin 2008, vous avez en effet encore la possibilité de payer une prime pour une assurance-vie individuelle et de la déduire avec effet rétroactif (de six mois) de vos revenus de l’année dernière. La prime ne peut excéder 1 950 euros et vous pouvez épargner 30 à 40 % sur cette somme (plus les taxes communales).

Cette solution s’offre aussi à vous si vous payez la première prime d’une assurance solde restant dû que vous souscrivez pour couvrir le remboursement d’un prêt hypothécaire. Plusieurs restrictions sont toutefois associées à cette rétroactivité. Seule la première prime d’un nouveau contrat d’assurance-vie entre en ligne de compte. Les primes ultérieures doivent être versées avant le 31 décembre de l’année de revenus si l’intention est de les déduire pour cette année-là.

Tant que vous remboursez un emprunt hypothécaire et que vous en déduisez les amortissements de capital ainsi que les intérêts, il n’y aura plus de place pour déduire aussi les primes d’une assurance-vie (avec effet rétroactif). Ces déductions fiscales s’excluent mutuellement.

Notez qu’une prime d’un contrat d’épargne-pension fiscal (830 euros, au maximum, pour l’année de revenus 2008) ne peut jamais être payée rétroactivement. Si vous désirez déduire cette prime fiscalement, il importe qu’elle ait été payée avant le 31 décembre de l’année civile.

Conseil n° 7 Achetez une voiture propre

Voilà déjà plusieurs années que vous recevez une intervention du fisc quand vous achetez une voiture respectueuse de l’environnement. Ce sont les émissions de CO2 du véhicule qui sont prises en compte. Si vous avez acheté la voiture avant le 30 juin 2007, vous vous êtes vu octroyer une réduction d’impôts de 3 ou 15 %. Pour pouvoir bénéficier de cet avantage fiscal, vous devez néanmoins attendre votre avertissement-extrait de rôle… Mais, depuis le 1er juillet 2007, vous recevez une réduction immédiate à l’achat d’une voiture verte :

E – 15 % du prix d’achat avec un maximum de 4 270 euros si votre véhicule émet moins de 105 g de CO2 par kilomètre ;

E – 3 % du prix d’achat avec un maximum de 800 euros si votre véhicule émet entre 105 et 115 g de CO2 par kilomètre ;

E – 200 euros pour une nouvelle voiture diesel équipée d’origine d’un filtre à particules et qui émet moins de 130 g de CO2 par kilomètre. Cette réduction de 200 euros peut être combinée avec la réduction de 3 ou 15 % du prix d’acquisition. Si vous jetez votre dévolu sur une voiture neuve équipée d’origine d’un filtre à particules et qui émet 110 g de CO2 par kilomètre, vous bénéficiez non seulement d’une réduction de 3 %, mais aussi des 200 euros. l

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content