Marino Keulen se sent incompris

L’ONU se dit préoccupée par le <> flamand. Ce décret oblige les candidats à un logement social à apprendre le néerlandais. Marino Keulen (Open VLD), ministre flamand de l’Integration et du Logement, est furieux.

Les Nations unies se sont penchées sur le Wooncode. Elles somment la Flandre de  » veiller à ce que les exigences linguistiques ne conduisent pas à une discrimination indirecte exercée en raison de l’origine nationale ou ethnique « . Vous vous faites taper sur les doigts !

L’ONU se trompe gravement. La Flandre offre des soins de santé très performants. Son enseignement est l’un des meilleurs du monde. Dans bien des domaines, nous sommes au top ! Et l’ONU ne trouve rien de mieux que de lancer des critiques infondées à l’égard de mon décret. C’est injuste.

Mais pourquoi obliger les personnes qui sollicitent un logement social à apprendre le néerlandais ?

Il s’agit d’une mesure sociale, visant un double objectif : améliorer la qualité de vie de ces personnes-là et renforcer la convivialité au sein de la société. Les gens qui vivent en Flandre et qui ignorent le néerlandais portent préjudice à la société, mais aussi à eux-mêmes. Ces gens-là se retrouvent exclus. Pour parler avec ses voisins, pour chercher un emploi, pour suivre les devoirs de ses enfants, la maîtrise de la langue est indispensable.

De nombreux francophones estiment que votre décret exclut ceux qui ne parlent pas le néerlandais.

Quelle erreur ! Ce n’est pas une mesure d’exclusion, mais d’inclusion.

Les francophones sont-ils de mauvaise foi ?

Pas tous. Il y a quelques mois, cinq professeurs d’université ont signé une carte blanche pour défendre mon décret (NDLR : Etienne de Callataÿ, Victor Ginsbrugh, Jean Hindriks, Pierre Pestieau et Philippe Van Parijs ). Ceux-ci évoquaient notamment la situation de ces femmes d’origine étrangère pour qui l’émancipation passe par la connaissance de la langue utilisée dans leur environnement. En Flandre, il s’agit du néerlandais.

Votre décret n’isole-t-il pas la Flandre par rapport au reste du monde ?

D’autres pays ont pris des mesures très semblables au Wooncode. Les Pays-Bas, notamment. Aux Etats-Unis et au Canada, il faut passer un test de langue pour acquérir la nationalité. Ce sont pourtant bien des démocraties…

Mais le logement ne constitue-t-il pas un droit universel ?

C’est bien pour ça que nous n’exigeons pas une connaissance de la langue, mais seulement une volonté de l’apprendre. Ceux qui veulent un logement social et qui ne connaissent pas le néerlandais doivent s’inscrire à des cours, c’est tout. En plus, ceux-ci sont gratuits ! Nous n’organisons même pas de test à la fin du cursus.

On vous sent énervé, là…

Je suis furieux. J’ai élaboré ce décret dans un but social. Je veux donner aux gens les outils qui leur permettent d’acquérir leur indépendance. La connaissance du néerlandais fait partie de ces outils-là. Et voilà que l’ONU vient me chercher noise… Je me sens incompris.

A Hoeilaart, pour obtenir un logement social, il faut maîtriser le néerlandais. Se déclarer prêt à l’apprendre ne suffit pas. Qu’en pensez-vous ?

Cela relève de l’autonomie communale. Je n’ai rien à dire là-dessus.

Vous dites que les individus vivant en Flandre et ignorant le néerlandais portent préjudice à la société. Pourquoi ?

D’abord, nous avons aujourd’hui besoin de tous les talents. Le marché de l’emploi est très tendu en Flandre : pour certains métiers, il existe une pénurie de main-d’£uvre. Notre économie ne peut pas se permettre qu’une partie de la population reste sur le bord du chemin, parce qu’elle ne connaît pas le néerlandais. Ensuite, en tant que libéral, je suis pour une société ouverte, à laquelle chacun participe activement. Je suis contre le repli sur soi.

Le Wooncode est donc un projet

libéral ?

Mon code du logement veut permettre à chacun de développer au maximum ses capacités. Il a pour objectif d’accorder à tous les mêmes chances dans la vie. C’est par excellence un projet libéral.

Propos recueillis par François Brabant

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content