Le Hamas à la lettre

Contrairement à une idée répandue, la charte du Hamas, publiée le 18 août 1988, n’appelle pas explicitement à la  » destruction d’Israël « . Pour autant, la volonté d’anéantissement de l’Etat juif court tout au long des 36 articles de ce texte truffé de citations coraniques et de fantasmes judéophobes, grandiloquent et redondant pour un esprit occidental. La charte affirme l’identité islamique de la terre de Palestine, entre le Jourdain et la Méditerranée, et la nécessité impérieuse d’en expulser les  » envahisseurs sionistes « , assimilés aux nazis. Son préambule précise qu' » Israël existe et continuera d’exister jusqu’à ce que l’islam l’abroge « . Le document invoque Les Protocoles des Sages de Sion, faux antisémite concocté en 1903 par la police secrète du tsar Nicolas II. De même, c’est aux juifs, qui  » règnent par l’argent sur les médias « , et à leurs relais – loges maçonniques, Lions Club et Rotary – que sont imputées la Révolution française, les deux guerres mondiales et la naissance des Nations unies. Florilège.

E Sur l’idéal du mouvement :  » Dieu est son but, le Prophète son modèle, le Coran sa Constitution, le djihad son chemin, et la mort sur la voie de Dieu la plus éminente de ses espérances  » (art. 8).

E Sur la Palestine : terre islamique  » qui n’appartient à aucune nation arabe, aucun roi ou président, aucune organisation  » (art. 11).

E Sur la femme : face à l’ennemi,  » elle n’a pas besoin de la permission de son mari pour le combattre, ni l’esclave celle de son maître  » (art. 12).  » Elle a une mission qui n’est pas inférieure à celle de l’homme. Mère ou s£ur, elle tient le premier rôle dans l’entretien de la maison, l’instruction des enfants selon les valeurs de l’islam, et l’éducation de ses fils « , qu’elle doit préparer a leur devoir de combattant du djihad (art. 17-18).

E Sur les négociations de paix :  » Les initiatives, les prétendues solutions de paix et les conférences internationales vont à l’encontre de la profession de foi du Hamas [à]. Il n’y a d’autre solution à la cause palestinienne que le djihad  » (art. 13).

E Sur l’éducation :  » Il faut introduire des changements essentiels dans les programmes d’enseignement, les épurer de toute trace des invasions intellectuelles qui les ont livrés aux mains des orientalistes et des missionnaires chrétiens  » (art. 15).

E Sur l’OLP :  » On y trouve le père ou le frère, le proche ou l’ami. [à] Notre patrie est une, notre malheur est un, notre destin est un et notre ennemi est commun  » (art. 27).

E Sur les non-musulmans :  » A l’ombre de l’islam, les disciples des trois religions, islamique, chrétienne et juive, peuvent cohabiter dans la sécurité et la confiance.  » Il est du devoir de leurs adeptes  » de s’abstenir de concurrencer l’islam dans sa souveraineté sur cette région  » (art. 31).

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content