L’autre homme du 18 juin

La réédition de ses Mémoires de guerre, de ses discours et souvenirs de jeunesse est l’occasion de découvrir un Prix Nobel de littérature méconnu : Winston Churchill.

Celui que de Gaulle a qualifié de  » grand artiste d’une grande histoire  » est l’autre homme du 18 juin, un écrivain, lui aussi. Il mérite qu’on s’attarde sur la nouvelle édition de ses Mémoires de guerre, traduits et annotés avec talent par l’historien François Kersaudy, qui lui valurent le Nobel de littérature. Churchill a du style et l’enthousiasme donne du rythme à sa phrase. S’il se laisse parfois aller au lyrisme, son inclination est tempérée par une bonne dose d’humour. Mais c’est surtout son intelligence politique et son optimisme dans l’action qui séduisent.

Ce 18 juin 1940, alors que l’invasion de l’Angleterre semble inéluctable, Churchill, au pouvoir depuis cinq semaines après onze années de traversée du désert, s’imagine dans le rôle de la Grande Elisabeth guettant l’invincible Armada, ou du duc de Marlborough, son ancêtre, défiant Louis XIV. Il aurait préféré accueillir des politiques de renom, Reynaud, Daladier, Mandelà Mais ils ne viennent pas. Il se rabattra sur cet officier hautain, chez lequel il devine  » l’un de ces hommes capables de forcer le destin « , souligne François Kersaudy. Propagandiste de génie, il le lancera  » comme une savonnette  » – au grand dam de l’intéressé. Les deux hommes vivront cinq années de cohabitation heurtée, proche de la rupture. Ils ont trop de caractère pour ne pas s’admirer et s’agacer en même temps.  » De Gaulle jugeait essentiel […] de conserver une attitude fière et hautaine envers la « perfide Albion », bien qu’il fût en exil, qu’il vécût parmi nous et dépendît de notre protection « , s’indigne Churchill.  » Pauvre Churchill ! Il nous trahit, et il nous en veut d’avoir à nous trahirà « , s’étrangle de Gaulle. Au fond, ils se jalousent. Mais toujours, ils sauront dépasser leurs querelles, conclut François Kersaudy, en s’unissant sur leur bien commun,  » le patriotisme, le courage, le sens de l’histoire « .

Mémoires de guerre, 1919-1941, par Winston Churchill, texte traduit, présenté et annoté par François Kersaudy. Tallandier, 446 p. Le second tome, 1942-1945, sera publié en septembre.

Winston Churchill, par François Kersaudy, Tallandier, 715 p.Chez le même éditeur, trois ouvrages de Churchill : Discours de guerre (édition bilingue) ; Réflexions et Aventures et Mes Jeunes Années.

De Gaulle et Churchill, par François Kersaudy. Perrin, coll. Tempus, 496 p.

EMMaNUEL HECHT

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content