L’appel de la forêt

Une maison blanche à toit plat et aux lignes contemporaines est sortie de terre, au coeur d’un lotissement boisé, sur les hauteurs de Verviers. Propriétaires et architecte ont opté pour des matériaux bruts afin d’obtenir un volume appréciable pour un budget raisonnable.

Dans ce lotissement de la région verviétoise, des habitations en tout genre se succèdent au coeur d’un petit bois : chalets, fermettes, villas… Une famille a choisi de s’y inscrire dans la rupture en faisant construire une vaste demeure parée de crépi et couverte d’un toit plat, sur un terrain qui l’est tout autant.

Au milieu de ce petit bois, l’implantation de la maison découle de la position des arbres. Seuls deux d’entre eux ont été coupés, afin de préserver le côté naturel du terrain.  » L’idée était d’éviter de s’intégrer par mimétisme, mais de construire un objet en rupture, tout en gardant un lien fort avec l’environnement « , précise Nicolas Jacques, l’architecte.

La large baie vitrée de douze mètres qui borde le living au sud permet aux occupants de vivre dedans comme dehors. La succession des châssis verticaux rappelle le rythme des troncs environnants. En hiver, après la chute des feuilles, la famille profite d’un soleil bas et pénétrant. En été, l’ombrage porté par les feuillus permet de limiter la chaleur dans la maison.

L’intégration d’un étage de 40 m², une  » cabane  » comme l’appellent les propriétaires, permet de couper l’horizontalité et de dynamiser le bâtiment tout en gagnant de l’espace. Ce volume s’imbrique dans le plan et induit une différence de hauteurs sous plafond au rez-de-chaussée. Très cosy, le séjour s’installe sous ce volume, tandis que la cuisine et la salle à manger bénéficient d’une hauteur sous plafond plus élevée.

Pour arriver à concevoir cette maison spacieuse et ouverte pour un budget raisonnable, l’architecte a privilégié l’utilisation de matériaux bruts, dans un esprit loft. De type industriel, la toiture est composée de bacs en acier profilés supportant l’isolation et l’étanchéité. La qualité de leur laquage et de leur finition a permis de les laisser apparents à l’intérieur.

Dans le même esprit, l’ossature métallique peinte en noir est laissée apparente. Les châssis en aluminium sont de la même couleur, tandis que le sol est en béton lissé anthracite. La dalle se prolonge d’ailleurs à l’extérieur pour former la terrasse, et ainsi gommer les limites entre dedans et dehors. Elle a néanmoins reçu un traitement différent, adapté aux conditions extérieures.

Côté organisation, l’accès à la maison se fait par une large allée de gravier menant au carport, placé perpendiculairement. Celui-ci peut aussi servir de terrasse couverte, et possède de nombreux rangements dans sa paroi latérale, particulièrement épaisse. Il couvre également la porte d’entrée. A l’intérieur, les zones sont bien différenciées : le coin des parents au rez-de-chaussée, au fond de la parcelle, celui des enfants à l’étage, et le living en contact direct avec le jardin.

Réalisation : Atelier d’architecture DSH (Nicolas Jacques et Thierry Sherrington), 61, Mont-Saint-Martin, à 4000 Liège. Tél. : 04 221 40 56. www.atelierdsh.be

Découvrez l’intégralité du texte et des plans de ce reportage dans le magazine Tu bâtis. Je rénove de juin en vente chez votre libraire.

Anne-Catherine De Bast

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content