MARLEEN FINOULST

L’amour pour un animal domestique

Sur les 15 ans d’existence de Bodytalk, les articles sur les animaux de compagnie se comptent sur les doigts d’une main. Peut-être parce que je n’ai guère d’atomes crochus avec les animaux à quatre pattes… Les chiens en liberté surtout m’effraient quand je cours dans les bois. Pourtant les chiens (et les chats) peuvent apporter beaucoup de joie aux amis des animaux. Ou de la peine. Dans ce numéro, nous nous pencherons sur les émotions qui accompagnent la perte d’un animal de compagnie. Chagrin qui peut être intense… Des propriétaires de chiens et de chats mettent en moyenne plus d’une demi-année pour faire le deuil de leur compagnon.

À côté de cela, de nombreuses études scientifiques montrent qu’un animal à quatre pattes est bon pour la santé. Il y a quelques années, une méta-analyse canadienne, reprenant toutes les études existantes, a prouvé que les propriétaires de chiens vivent plus longtemps que les personnes sans chien. Ils sont plus en forme et fument moins, facteurs qui n’ont rien à voir avec le chien proprement dit mais avec le comportement que l’entretien d’un chien implique. Ainsi, les propriétaires de chiens font-ils en moyenne 3000 pas de plus. La plupart pratiquent même les 150 minutes d’activité physique recommandée par semaine, ce qui a un impact favorable sur leur durée et leur qualité de vie. L’association américaine des spécialistes du coeur a constaté que les propriétaires d’un chien ont moins de risques de faire un infarctus et s’ils en ont un, plus de chances d’y survivre. Il en va de même de l’AVC. La personne qui promène régulièrement son chien (en laisse) réduit d’un tiers son risque de diabète.

Les propriétaires de chiens font en moyenne 3000 pas de plus par jour.

Un chien protège aussi de l’isolement social, car les maîtres établissent facilement contact entre eux. S’il n’est pas nécessaire de sortir son chat, des études récentes confirment toutefois que les propriétaires de chats vivent aussi plus longtemps. Les chats comme les chiens sont pour beaucoup une source de joie. Ils ne sont pas dotés de la parole mais vous accueillent avec enthousiasme. Un animal domestique réduit le niveau de stress et sort les télétravailleurs de leur isolement. Pendant le confinement, beaucoup de gens ont acquis un animal de compagnie, ce qui ne s’est pas toujours avéré judicieux. à l’hôpital de Bologne l’an dernier, les médecins ont soigné beaucoup plus d’enfants victimes de morsures de chiens. Presque tous avaient été mordus par leur propre chien. Les médecins supposent que les animaux ont eux aussi souffert d’un stress supplémentaire durant le confinement et n’ont pas apprécié l’animation inhabituelle dans la maison. En Belgique, 100.000 citoyens par an sont victimes d’une morsure de chien exigeant des soins médicaux. Les enfants, deux fois plus que les adultes, et généralement par le chien qu’ils connaissent. 8 fois sur 10, la morsure est déclenchée par l’enfant lui-même. L’enfant en moi ne défiera jamais un chien! Par ailleurs, les chiens ne sentent pas la peur, comme on l’entend dire parfois. Ils réagissent aux cris ou au comportement nerveux.

Réagissez sur marleen.finoulst@bodytalk.be

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content