La politique de l’absurde

Ensevelis sous les questions écrites déposées par les députés, les cabinets ministériels les évacuent en usant parfois de formules dignes d’un spam. Exemple très en vogue :  » Je renvoie l’honorable membre au débat sur la question qui a eu lieu en commission.  » Agacé par ces retours absurdes qui lui reviennent  » plusieurs mois, voire des années  » après ses questions adressées à la ministre de l’Education Marie-Martine Schyns (CDH), le député MR Laurent Henquet vient de déposer une nouvelle question écrite sur… l’intérêt des questions écrites.  » On pourrait pousser sa logique encore plus loin et dire d’attendre la fin de la législature en répondant en une seule fois et à tous :  » Cette question a été abordée en commission, veuillez-vous y référer  » « , écrit-il au ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte (PS). Il demande des délais plus courts et une plus grande considération de la part du gouvernement envers les questions des parlementaires.

Ch. L.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content