LA GRANDEUR PASSÉE DES  » JÈZES « 

Olivier Rogeau
Olivier Rogeau Journaliste au Vif/L'Express

Fondée en 1540, la Compagnie de Jésus s’implante immédiatement dans les Pays-Bas espagnols. Excellents prédicateurs, les jésuites sont le fer de lance de la Contre-Réforme, mouvement de renouveau spirituel qui vise à faire reculer le protestantisme.  » Un premier jésuite, Cornélius Wischaven, est reçu à Louvain en 1542 « , indique Alain Deneef, codirecteur, en 2012, de l’ouvrage Quatre siècles de présence jésuite à Bruxelles (éditions Prosopon). La première communauté jésuite belge apparaît en 1554 à Tournai. L’implantation se poursuit à Dinant (1563), Liège (1569), Mons (1583), Bruxelles (1589). En 1556, la Compagnie est reconnue par Philippe II. Au siècle suivant, les archiducs Albert et Isabelle aident les jésuites à créer leurs collèges à Bruxelles (1604), Namur (1610-1611)…

Les compagnons belges se répandent en Chine, au Canada, en Amérique latine. Le prêtre jésuite Ferdinand Verbiest (1623-1688) obtient ainsi les plus grands honneurs dans l’empire chinois, où il accède au rang de président du tribunal des mathématiques. Deux siècles plus tard, un autre jésuite belge devient célèbre : le père Pierre-Jean De Smet (1801-1873), qui a gagné la confiance des Indiens d’Amérique. Au XVIIIe siècle, les despotes éclairés s’attaquent aux défenseurs du pape. L’ordre est supprimé en 1773. Après la Révolution française, l’ordre de Saint-Ignace se redresse et, au XIXe siècle, les jésuites participent à la création de nombreuses congrégations.

Avec l’indépendance belge, les jésuites prennent un nouvel essor. Ils reviennent à Namur dès 1831, ouvrent le collège Notre-Dame de la Paix, duquel naîtront les Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix, aujourd’hui Université de Namur. Le collège Saint-Michel est créé à Bruxelles, rue des Ursulines, en 1835.  » Il se dédouble avec l’inauguration, en 1905, à Etterbeek, d’un autre collège Saint-Michel, précise Alain Deneef. L’ancien établissement devient Saint-Jean-Berchmans en 1921, devenu définitivement flamand en 1953.  »

En 1935, la puissante province unitaire des jésuites belges doit se scinder en deux entités. Trois décennies avant le  » Walen buiten  » louvaniste, les jésuites belges sont passés à l’heure communautaire ! En réalité, c’est un retour aux sources : il y a quatre cents ans, en 1612, la province unitaire avait été scindée en deux, avec la création d’une province dite  » flandro-belge  » et d’une autre  » gallo-belge « . A l’époque, le critère adopté était déjà linguistique.

OLIVIER ROGEAU

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content