Interdits de piscine !

Pour évincer les fauteurs de troubles, les bassins de natation, publics et privés, se résolvent à dresser des listes de (très jeunes) clients indésirables.

Plus la température monte, plus il y a du monde. Et plus il y a du monde, plus il y a de turbulences…  » Chaud devant ! Prises d’assaut dès que le soleil pointe, les piscines sont aussi des lieux où les ados viennent tester leur virilité naissante : bousculades dans les toboggans, invectives, dépassements dans les files d’attente, chamailleries entre copains, harcèlement des demoiselles, crachats propulsés au nez des surveillants… La plupart du temps, les auteurs de ces incivilités sont des garçons d’une quinzaine d’années.  » 12-17 ans, c’est l’âge critique, explique-t-on au bassin de Neder-over-Hembeek. Après, ça se calme…  » Pour dompter la fougue excessive de cette clientèle difficile, les responsables des piscines, parcs aquatiques ou domaines provinciaux sont unanimes sur ce point : il faut être extrêmement ferme en début de saison, et appliquer strictement les mesures annoncées. Quelles sont-elles ? L’Océade, à Bruxelles, a mis en place, depuis plusieurs années, le système  » deux avertissements suivis d’une exclu- sion immédiate « … de longue durée. Les noms d’environ 250  » indésirables  » (pour 230 000 entrées annuelles) figurent ainsi en permanen- ce sur une liste conservée à l’accueil.  » Nous vérifions l’identité de tous les garçons de 12 à 20 ans qui se présentent en groupes.  » Echappent au contrôle : ceux accompagnés d’un moniteur, d’un parent ou d’une petite amie – en couple, ils chahutent nettement moins.  » Quand les exclus atteignent une vingtaine d’années, nous les retirons de la liste « , assure Thierry De Doncker, directeur de l’Océade. A Aqualibi (Wavre), on a opté pour le retrait de l’abonnement de l’indocile, avec interdiction d’en acquérir un nouveau endéans les douze mois. Chaque année, quelque 120  » pass  » sont ainsi confisqués, sur les 30 000 vendus. Certes, rien n’empêche le trublion d’acheter un ticket individuel le lendemain.  » S’il recommence à enfreindre le règlement, précise Dominique Fallon, porte-parole de Walibi, il sera prié de quitter les lieux. Au besoin, on l’escortera jusqu’à la grille.  » D’autant plus aisément que piscines et parcs semblent bénéficier d’appuis très efficaces (et rapides) de la police.  » Souvent, la menace de prévenir ou de convoquer les parents suffit à calmer les esprits « , assure le responsable des piscines de Bruxelles Centre, Laeken et Neder-over-Hembeek. Des caissières, des maîtres nageurs et des agents de sécurité particulièrement  » physionomistes  » complètent encore le dispositif de prévention ( » On sait à peu près à qui on a affaire « ). Mais c’est la fermeté  » qui paie le plus  » :  » La piscine, ce n’est pas un milieu facile, admettent en ch£ur les gérants. Plus on est rigoureux au printemps, mieux ça se passe tout l’été…  » l

V.C.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content