Incorrigible Wallifornie

Après une année 2014 morose, 2015 renoue avec le succès notoire du Brabant wallon : ventes et prix sont à nouveau au beau fixe.

Dans leur précédente analyse, les notaires brabançons-wallons s’étaient avancés à pronostiquer, pour 2015, un  » maintien « , voire une « stagnation  » des prix et de l’activité immobilière. Il faut dire qu’après quelque quinze années de hausse consécutives, la valeur de la brique de la jeune province avait flanché en 2014. Le nombre de transactions, lui, était resté étonnamment stable, à contre-courant des belles avancées enregistrées dans le reste du pays.

Un an plus tard, force est de constater que le Brabant wallon est plus que jamais  » une province à part  » dans le paysage immobilier belge.  » Nos prévisions ne se sont pas réalisées, reconnaît Emmanuel Estienne, notaire à Genappe. En 2015, les ventes de biens dans notre région ont progressé de… 8,4 % par rapport à 2014, et les prix des maisons et appartements ont augmenté de façon significative, gagnant respectivement 6,9 et 3,5 %, à 310 694 et 209 669 euros en moyenne.  » Seules les villas voient leurs tarifs baisser (- 7,1 %, 410 732 euros), une particularité que ce dernier qualifie d' » exception qui confirme la règle « . Et de conclure, pour l’année écoulée, à un  » véritable rattrapage « … sans plus se prononcer sur les perspectives immobilières de l’année 2016.

Louvain-la-Neuve pose question

La flambée du prix moyen des maisons (à noter que les statistiques des notaires excluent, en la matière, les fermes et fermettes) creuse plus encore le clivage entre le centre du Brabant wallon et ses extrémités est et ouest. Hier, le candidat acquéreur pouvait s’offrir une maison à Lasne pour deux à Hélécine, aujourd’hui, le rapport est presque de une (536 737 euros) pour trois (199 923 euros). Les communes les plus proches de Bruxelles continuent, en effet, de jouir de l’attractivité de la capitale. A l’image de celles qui ceinturent la très courue cité estudiantine de Louvain-la-Neuve (compter 308 276 euros pour une maison, en moyenne toujours), formant le  » triangle d’or  » brabançon-wallon. Loin de ces deux sources de convoitise, Rebecq, Tubize, Orp-Jauche ou Jodoigne affichent des valeurs à la traîne.

L’évolution du prix des appartements mérite, elle aussi, d’être commentée, car la hausse observée à l’échelle provinciale semble surtout nourrie par les performances remarquables de ces biens à Waterloo (+ 31,6 %, à 372 962 euros en moyenne grâce à une profusion de ventes de 3-chambres) et Braine-l’Alleud (+ 8,8 %, 235 334 euros). A l’inverse, Ottignies-Louvain-la-Neuve est en souffrance, accusant une baisse de 14,1 % (187 072 euros) entraînée par les piètres exploits de ses 2-chambres. De quoi poser une colle aux notaires, qui invoquent timidement le fait qu’il s’y serait conclu beaucoup moins de ventes d’appartements neufs.

Le cas particulier des villas est, au final, celui qui est le plus en ligne avec les résultats des années précédentes. Avec ceci que la chute de leur prix moyen est peut-être un mal pour un bien, glissent les notaires, puisqu’il atteint tout de même… 607 000 euros à Lasne, 490 092 euros à Waterloo et 391 666 euros à Wavre.

Frédérique Masquelier

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content