Francorchamps

Le parti socialiste refuse la création d’une commission d’enquête parlementaire sur Francorchamps !

On ne connaîtra donc jamais la vérité ? Il reste une solution : envoyer Jean-Marie Happart sur la base de Guantanamo, pour un interrogatoire. Ce sénateur qui n’affiche que du mépris pour nos institutions et notre Etat de droit bénéficierait en outre d’une véritable immersion linguistique !

Grand jeu de l’auto… où des politiciens, toujours soucieux du bien-être de la population, font des mises démesurées. Ils carburent aux deniers publics, qu’ils consomment sans modération pour enrichir pilotes et Ecclestone, pauvre nécessiteux, qui les… berne hi hi… ! Ça roule pour eux et leur image véhiculée. Mais ils perdent tout jusqu’à leur capacité à lire. Qu’importe ! La déroute est pour nous, contribuables. Nous paierons leur… impôt d’échappement – c’est pas moi, c’est lui – pour combler leur panne financière. Ils rempliront d’autres grilles… de départ marquées de croix noires sur lesquelles ils nous crucifient une fois de plus. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’ils conduisent leurs mandats nous  » volant  » en nous prenant de vitesse. Il n’y a pas de gagnant au rang 1,2,3… Triste ! Nous irons boire un  » spa  » pendant qu’ils s’inondent de… Francorchampagne.

Tandis qu’en 2003, aux Etats-Unis, le pouvoir, les médias et la nation se mobilisent, unanimes, pour déloger Saddam Hussein, la Wallonie se persuade que la F 1 à Francorchamps fait partie de son bonheur et de son honneur. Même patriotisme tous azimuts, ou presque : les quelques-uns à émettre des réticences se font taxer de manque de loyauté à une grande cause. Mêmes mensonges aussi de part et d’autre de l’Atlantique, qui dans la preuve des armes de destruction massive, qui dans la certitude proclamée que cela ne coûtera rien au contribuable wallon. Même bourbier évidemment avec des troupes US qu’on ne voit pas quitter de sitôt l’Irak, et pour la Wallonie, une ardoise à payer jusqu’en 2010 ! Morale de ces deux histoires : quand les opinions publiques et leurs dirigeants s’enflamment sans esprit critique, il y a danger. Consolation : nos dirigeants ne sont pas plus incompétents que d’autres, car, après tout, l’aveuglement de notre gouvernement wallon est du même ordre que celui du gouvernement de la nation la plus puissante du globe.

Benoit Dive, Haillot

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content